retour à la liste des chroniques

Celestia - Frigidiis Apotheosia Abstinencia Genesiis

Celestia - Frigidiis Apotheosia Abstinencia Genesiis


 

 

 

 

 

 

 

 

Style : Black métal aristocratique

Liste des morceaux :


1. She's Dead (Valse Funeste De Décomposition)

2. A Plaintive Cry Merely Echo

3. Admirable Eros Abstraction

4. A Regrettable Misinterpretation of Mournfulness

5. Death Of The Lizard Queen (Necro Phaanthasma)

6. Morbid Romance (Arcana VI Revisitae)

7. The Seed Of Negation (Abnegativia Rejections)

8. Frigidiis Apotheosia (Dormant Rests Of Raped Necrosia)

Chronique :


Après beaucoup de réflexion, je m'attaque enfin à la chronique de Frigidiis Apotheosia - Abstinencia Genesiis. Cette réflexion a été nécessaire afin d'analyser la musique de Celestia, musique très riche et très travaillée.

La première chose qui m'a interpellé lorsque j'ai reçu le cd, ce sont les titres des morceaux. On sent un gros travail afin de choisir le bon mot - à la bonne place - pour chaque titre. Pour le reste, la pochette de l'album est assez sobre et sombre.

Venons-en à la musique maintenant. Celestia fait partie de ces groupes qui existent depuis presque 15 ans et qui pourtant restent dans l'ombre. Ceci est peut-être lié au fait que leur musique reste atypique pour les personnes écoutant du black métal dit "trve". En effet, on est très loin du black métal traditionnel et l'on ressent cette différence dès le morceau d'entrée. Un mid-tempo, de bons riffs de guitare, une pause dès la 30ème seconde, une mélodie à la guitare, une phrase lointaine… le décor est planté. La voix fait son entrée, froide, pas de fioritures, elle est très présente par rapport à l'ambiance générale. Les atmosphères s'enchaînent, les tempos lents jouent avec les tempos plus rapides, les passages plus ambiant avec les passages plus froids. Dès le départ, la partie de batterie étonne. Là où certains groupes vont effectuer une rythmique très répétitive, Celestia nous offre une partie de batterie incroyablement riche. Le premier morceau se termine et je suis surpris de la qualité qui en émane.

L'intro de A Plaintive Cry Merely Echo sonne dans nos oreilles plus black métal que le premier morceau. Arrive le passage ambiant et les plaintes, que l'on entend au loin, font écho aux passages plus rythmiques. Le tout est très bon, très carré, les enchaînements sont bien calculés et on se laisse facilement emmener vers les lamentations.

La musique de Celestia est très agréable à écouter, les passages plus ambiant nous emmènent facilement dans le monde de Noktu. Mon morceau préféré est A Regrettable Misinterpretation of Mournfulness  dont l'ambiance est magique. Une mélodie planante commence à la guitare sèche et l'on distingue au loin les gouttes d'eau qui s'écoulent d'une grotte à la fin de chacune de ses phrases. Petit bémol, l'entrée de la batterie que je trouve un peu trop présente, ou trop rythmique, et qui gâche un peu le moment de repos qui nous était proposé. Le morceau se fait ensuite plus entraînant, la guitare sèche nous offre une mélodie envoûtante conclue par un passage très atmosphérique au clavier. Ce passage est pour moi le point d'orgue de l'album. Une pause, un enchantement. Ce morceau est très atmosphérique et c'est surement pour cela qu'il reste mon favori.


Le schéma passage ambiant – passage plus rythmique va être suivi jusqu'à la fin de l'album, mais sans pour cela être lassant. Les ambiances sont très différentes d'un morceau à l'autre et le renouvellement se fait de manière très réfléchie. Le morceau The Seed Of Negation est le plus atypique de l'album pour moi, puisqu'on y distingue des passages ternaires et binaires. Original, mais bizarre. Pas vraiment habitué au ternaire, je trouve que le tempo s'en fait ressentir et l'on a l'impression de se traîner un peu.


L'album se termine par le morceau Frigidiis Apotheosia, sur lequel j'avoue être resté sur ma faim, peut être parce que je m'attendais à une conclusion plus longue avec la guitare "claire" dont la mélodie est excellente!

 
Après l'écoute de cet album, on comprend mieux pourquoi Celestia est adulé par certains et détesté par d'autres. Un album entre black métal et ambiant, entre tempos rapides et lents, entre jour et nuit, entre finesse et lourdeur. Un  bon album, même si la voix est selon moi trop présente, mais cela est dû à mon attirance pour l'ambiant. Pour les amateurs de musique originale, qui aiment l'ambiguïté des groupes inclassables.

Liens :

Myspace

Fiche de groupe

Label


France

Message #1085 sur Inwë[B]zine
Auteur :
dark.pimousse




Ecrit le 26.08.2009


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter