retour à la liste des Live reports

27.11.2009 - Porcupine Tree + The Stick Men @ Lyon le 26/11/2009

Porcupine Tree + The Stick Men @ Lyon le 26/11/2009


C'est à 17 heures, soit deux heures avant l'ouverture des portes, que votre humble serviteur arrive devant le Transbordeur. Et la première surprise de la soirée, c'est de voir qu'il y a déjà un petit groupe d'une vingtaine de personnes déjà présentes, certaines depuis plusieurs heures déjà !
Cela montre l'engouement pour Porcupine Tree, ces derniers n'étaient pas passés à Lyon depuis 2003.

Deux heures d'attente plus tard, les portes ouvrent enfin, et première constatation après un petit regard sur la file d'attente, ce soir, ce sera plein !

Un petit tour au stand de merchandising  et quelques discussions prog' avec des personnes rencontrées sur place, dont un marseillais venu spécialement pour l'occasion, voici que l'entrée des Stick Men se fait imminente, groupe atypique, du fait de l'utilisation du Chapman Stick, une sorte de guitare à 10 cordes qui ne se joue qu'en tapping et en slide ( une photo d'un Chapman Stick ci-dessous ).



Mais au final, est-ce vraiment le plus impressionnant ? Oui et non, puisque deux des trois membres composant ce groupe ne sont autre que Tony Levin et Pat Mastelotto de King Crimson !
Et c'est un Tony Levin tout sourire qui déboule sur scène avec son appareil photo pour immortaliser le public du Transbordeur. Et il parle entièrement en français, certes moyennement, mais l'effort fait est plus qu'appréciable. Le show commence et tout le monde comprend vite que les musiciens sont vraiment à fond dans leur trip et beaucoup sont scotchés par l'utilisation de ce fameux Chapman Stick mais pas seulement, car c'est vraiment quelque chose de bien barré que nous proposent les Stick Men ce soir ! De l'utilisation d'objets tels que des archers – et pas seulement pour les Chapman Stickist, Pat Mastelotto fait également mumuse avec sur ses cymbales, ce dernier étant d'ailleurs auteur d'une très grosse performance ce soir – ou encore de clochettes mais aussi nombres de samples, c'est un show de qualité que nous proposent les Stick Men ce soir ! Et on sent qu'ils s'éclatent, notamment pour introduire leur morceau Supercondutor Soup, ils s'amusent à faire un parallèle avec le mot français « Potage » et quelques étrangetés vocales avec le mot « Soup » ce qui aura bien fait rire l'audience !
Mais les gros points forts de ce show seront les reprises de King Crimson, et il faut dire qu'avec Red ( annoncé par Tony Levin en tant que « Rouge » ) et Elephant Talk, le public aura été gaté, et d'ailleurs au vu du bruit provoqué par l'audience lors de l'introduction de ces morceaux, il y avait pas mal de connaisseurs dans la salle ( dont votre humble serviteur, qui était aux anges de voir ces morceaux en live ! ).
Elephant Talk fini, c'est sous les appludissements que les Stick Men se retirent, enfin pas tout à fait, vu que Tony Levin en a profité pour reprendre quelques photos de l'audience conquise par la performance du trio. Mais il ne faut pas que j'oublie de souligner que, malgré sa relative discrétion, Michael Bernier à été parfait.

Pendant l'installation du matériel de Porcupine Tree, un des roadie arrive avec un aspirateur afin de nettoyer la scène, Steven Wilson ayant l'habitude de jouer pieds nus. Petit détails certes, mais qui en aura amusé plus d'un en plus de la petite poupée couineuse posée sur un ampli.

25 minutes d'attentes et le petit speech corcernant la demande du groupe de ne pas filmer, photographier ou enregistrer le concert ( malheureusement, cela n'a pas été respecté, quelques-uns prenant apparamment goût de filmer quelques parties du concert qui j'en suis sûr, se retrouveront sur YouTube avec un son et une image moisie ne refletant pas la prestation du groupe, fin du coup de gueule. ) Les membres de Porcupine Tree font leur entrée sur scène ( toujours accompagnés de leur guitariste live John Wesley ) sous l'ovation du Transbordeur, que je n'avais encore jamais vu aussi rempli.
Pas un mot, les musiciens prennent place et commencent à jouer la première section de The Incident - la dernière oeuvre du groupe durant de 55 minutes - j'ai nommé « Occam's Razor », le son est bon, peut-être un poil trop fort ( bon en même temps j'avais délibérément choisi d'être devant ), et les musiciens sont en forme, le public aussi.
Petit break après « The Blind House » pour permettre a Steven Wilson de saluer le public lyonnais et de présenter le concert de ce soir : The Incident dans son intégralité, un break de dix minutes, et des anciens morceaux pour la seconde moitié du concert.
A peine le temps de souffler que le groupe reprend sur « Great Expectations » puis « Kneel And Disconnect » et enchaîne les morceaux presque sans s'arrêter, à peine le temps de changer de guitare pour Steven Wilson et de basse pour Colin Edwin ( qui est vraiment unique dans son genre tellement il semble habité par sa musique et son petit sourire qui lui donne un côté super cool et détendu ) entre les morceaux ou de s'hydrater.
Et si certains avaient été déçus par ce dernier album, le surnommant « The Incident de parcours » il faut avouer qu'en live il passe très bien, de plus, le « film » de The Incident passant en fond donne une dimension supplémentaire à ce projet.
Tous les morceaux sont éxécutés avec brio, le sample introduisant la section « The Incident » permet au groupe de souffler quelques secondes après l'énergie dégagé pour « Drawing the Line ».
« Your Unpleasant Family » passé, arrive un moment que quelques -ns semblaient avoir oubliés ( en tout cas, je l'ai entendu derrière moi ), le magnifique « The Yellow Windows Of Evening Trains », qui introduit le non moins magnifique « Time Flies » - qui est d'ailleurs vivement accueilli par le public – et chose qui était habituelle ce soir la, à chaque fois que Steven Wilson s'approchait du bord de la scène, le public manisfestait son enthousiasme mais encore plus pour l'excellente interprétation de la partie centrale de ce morceau qui nous offre un véritable moment de prog'.
Le concert suit son cours et bien entendu je suis obligé de citer la très bonne interprétation de « Octane Twisted », un des meilleurs passages de The Incident.
« The Séance » et « Circle of Manias » suivent, et nous amènent au final de cette première moitié de concert, « I Drive The Hearse » et le groupe part se reposer quelques instants sous les appludissements du public.

Le projecteur affiche un compte a rebours de 10 minutes. 10 minutes pendant lesquelles tout le monde ou presque partage ses impressions sur cette première partie de concert, et je n'ai pas entendu de choses vraiment négatives, la demoiselle à qui j'avais laissé ma place devant ( en même temps, la pauvre, c'est sur que derrière mon mètre cube elle n'allait pas voir grand chose :) ) semble conquise par la prestation du groupe ( encore une personne venant du sud, le public s'est donc vraiment déplacé en masse pour ce concert ) - et c'est un peu l'atmosphère générale - et nous attendons tous qu'une chose, le retour des musiciens sur scène !

00:00 : A peine le décompte ( en choeur avec le public sur les trentes dernières secondes ) arrivé à ce stade que le groupe remonte sur scène près à en découdre avec nous pendant encore une petite heure.

Petit coup de gueule acte II avant de passer à la suite. Il est adressé à ces amateurs de cigarettes à l'odeur si reconnaissable (hum), si vous pouviez vous empêcher de fumer pendant les concerts ce serait cool...

Le concert reprend sur « The Start Of Something Beatiful », enchaîne sur la première partie de « Russia On Ice » pour déboucher sur la seconde partie de « Anesthetize » (The Pills I'm Taking) qui sera mon seul regret du concert, du fait qu'ils ne l'a joue pas en entier, mais bon, vu la longueur du concert, je peux leur pardonner :D
D'autant plus que le morceau qui suit est une petite perle qui ne date pas d'aujourd'hui, j'ai nommé « Stars Die » et le public était encore et toujours présent pour accueillir ce morceaux vieux de quinze ans.
C'est un morceaux beaucoup plus récent qui suit, puisqu'il sagit de « Way Out Of Here », durant lequel Steven Wilson a interrompu de justesse un larsen vicieux qui pointait le bout de son nez, avant de poursuivre sur un « Normal » absolument divin. Le groupe fini son set sur le très récent et excellent « Bonnie The Cat » tiré du deuxième disque de The Incident.

Mais évidemment cela ne s'arrête pas, car le public demande du rab, le groupe ne se laisse pas désirer et revient très vite sur scène pour jouer un rappel constitué de deux morceaux d'un album n'ayant pas encoré été joué ce soir, In Absentia.

« The Sound Of Musak » ouvre ce rappel avec brio, mais notons tout de même la jolie bourde qui aura valu à Colin Edwin de se faire quelque peu chambrer par le public, puisque celui-ci avait oublié de rebrancher un petit fil très nécéssaire sur ses pédales d'éffets, le groupe en rigolera pendant le morceaux, Colin Edwin le premier, le public ayant vu ça aussi :)

Avant d'enchainer sur le morceau final, Steven Wilson nous précise que c'est Thanksgiving aujourd'hui et Richard Barbieri en profite pour lancer un sample de « Born In The USA » pour John Wesley ( auteur d'une très belle prestation lui-aussi d'ailleurs ), je ne sais pas si le groupe entier était au courant, mais cela les aura bien fait rire.

Le groupe finit son impressionnante prestation par un « Trains » superbe et salue longuement le public avant de se retirer, définitivement cette fois.

Le mot de la fin sera pour la petite poupée en plastique que Steven Wilson aura fait couiner devant son micro avant de partir.

Je ne l'ai pas encore cité, mais Gavin Harrison aura effectué un show nickel, et nous aura fait savoir dans un petit geste, que si il avait pu nous donner un bout de sa jambe, il l'aurait fait :)

Je tiens quand même à souligner que le public s'est déplacé en masse pour assister à ce concert puisque le Transbordeur et sa capacité de 2000 places était rempli, voir même bondé, et ça, ça fait vraiment plaisir, surtout qu'il était très réactif aux deux groupes s'étant produits ce soir.

Et au vu des show de ce soir, il y a fort à parier que ce sera au moins pareil la prochaine fois ! Une chose est sûre en tout cas, c'est que ce concert restera profondément gravé dans un coin de ma tête...



Setlist de Porcupine Tree :

  • The Incident
  • Occam’s Razor
  • The Blind House
  • Great Expectations
  • Kneel and Disconnect
  • Drawing the Line
  • The Incident
  • Your Unpleasant Family
  • The Yellow Windows of the Evening Train
  • Time Flies
  • Degree Zero of Liberty
  • Octane Twisted
  • The Séance
  • Circle of Manias
  • I Drive the Hearse

==Break==

  • The Start Of Something Beautiful
  • Russia On Ice (1ere partie)
  • Anesthetize (The Pills I'm Taking)
  • Stars Die
  • Way Out Of Here
  • Normal
  • Bonnie The Cat

==Rappel==

  • The Sound Of Muzak
  • Trains

 



Message #1421 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Jojolviking





Ecrit le 28.11.2009


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter