retour à la liste des chroniques

Keidola - L'odeur des cendres

Keidola - L'odeur des cendres


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Style: Métal contemporain
 
Liste des morceaux:
  • 1 : L'odeur des cendres
  • 2 : L'éveil
  • 3 : Le venin
  • 4 : Penitence
  • 5 : La colère
  • 6 : La naissance
  • 7 : Songes et possession d’une nuit d’été

Chronique:

L’intro plante directement une atmosphère de film d’horreur, suivie de bruits de pas, une voie dit : réveillez vous… Sentez-vous l’odeur des cendres ? Je ne suis donc qu’à moitié surpris aux premières notes venant de la piste 2 qui s’appelle « l’éveil» qui me fait sursauter. L’éveil montre tout le potentiel de Keidola, riff agressif, brutal, une voix criant « Sens-tu l’odeur des cendres ? », je me prends vite au jeu et me retrouve à bouger la tête.


« Le venin » arrive enfin dans mes veines. Ce titre est en écoute sur leur myspace, et j’ai déjà eu l’occasion de l’apprécier plus d’une fois. Keidola me fait penser à ce type de groupe qui change de riff d’une seconde à l’autre, tantôt brutal, tantôt mélodique, et pour ce qui est du mélodique je suis servi. Le refrain nous montre bien que Keidola n’a pas tout donné, et sait aussi faire des parties bien mélodiques avec un chant très haut, enchainer de cris de douleurs. Les classifier serait difficile, les refrains mélodiques me font penser à Psykup, certains riffs guitares font un peu heavy, et la voix pourrait presque être catégorisée death.


L’heure est venue de la « pénitence » le titre sur lequel j’avais beaucoup accroché sur leur précédente démo. Le début reste très fidèle à l’ancienne version mais avec un plus « gros » son. Nous avons le droit au milieu des morceaux à un amas de riffs invraisemblable et incohérent mais qui bizarrement ne me choque pas. La manière de chanter du chanteur me faire penser à des cris de douleurs, mais est vraiment bien maîtrisée sur les parties claires et très mélodiques. La chanson passe par beaucoup de phases et passe même par un riff assez old school à la trust vers la fin.


« J’aurais dû te dire, que j’étais changeant, lunatique et froid un peu comme le vent » la chanson « la colère » pourrait bien refléter le style de Keidola, qui est très changeant passant même par un riff très disco. Keidola maîtrise son texte, et il colle parfaitement au riff.


« La naissance » est surement la chanson la plus « calme », et je pense la plus accrocheuse, la voix claire de Pierro est vraiment maîtrisée et s’en est de même pour « Songes et possessions d’une nuit d’été » qui clôture la démo parfaitement sur un feu d’artifice de brutalité. Côté artwork, les couleurs sont très sépias, et glauques rappelant l’apocalyptique bombe nucléaire qui nous laissera respirer les cendres chaudes à plein nez.


Keidola sait nous faire voyager dans différentes régions de la violence, qui aurait cru qu’il existe une nuance dans la brutalité ? Hé bien si, et Keidola la maîtrise très bien, et sait nous faire succomber sous les cris de douleurs ou nous envouter grâce à ces parties mélodiques. En un mot : Ecoutez ! Je pense que si vous êtes amateurs de brutalité vous serez ravis, et si vous n’aimez pas trop la brutalité, les passages clairs sauront vous faire changer d’avis.

Liens:
 
 
 

France

Message #152 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Nono




Ecrit le 26.05.2008


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter