retour à la liste des Live reports

24.01.2010 - Cernunnos Pagan Fest IV (1ère partie)

Cernunnos Pagan Fest IV (1ère partie)


 
 


La quatrième édition du Cernunnos Pagan Fest a eu lieu cette année à l’Elysée Montmartre, car comme vous le savez, notre Loco ferme ses portes au Métal. C’est toujours avec entrain, mais aussi, cette fois-ci, avec curiosité que le public de la scène Pagan s’est regroupé à deux pas de notre ancien lieu de pèlerinage. La question est : que va donner ce fameux Fest ailleurs que dans notre salle mythique habituelle ?
Depuis 4 années déjà, les Acteurs de l’Ombre ne cessent de nous surprendre avec des idées toujours plus originales. L’avantage d’avoir changé de salle, c’est qu’ils ont dû innover ; mais le problème, c’est qu’à l’Elysée il n’y a qu’une seule salle, ce qui implique un regroupement de toutes les activités que propose le Fest, et bien sûr, moins de groupes. Moins de groupes certes, mais quelle affiche !!

Running Order :

de 21h30 à 22h30 Arkona
Jeux barbares
de 20h30 à 21h15 Belenos
Jeux barbares
de 19h20 à 20h05 Angantyr
Jeux barbares
de 18h15 à 18h55 Stille Volk
Combat Hag Dik + Fred le magicien
de 17h15 à 17h55 XIV Dark Centuries
Jeux barbares + Fred le magicien
de 16h10 à 16h50 Heol Tolwen
Jeux barbares + Fred le magicien
de 15h10 à 15h45 Tornaod
Combat Hag Dik + Fred le magicien
de 14h20 à 14h45 Vikings 'n Celts

 

Stands, artistes et compagnies présents :

L'atelier A Fleur de Peau,
Chaosphere,
  L'Echoppe médiévale,
  La boutique Rêves d'acier,
 Simplement Création,
Les compagnons de la mémoire d’antan (jeux barbares),
 Tan Elleil,
 Brouille Art & Cie,
  Les spectacles de magie par la Team Ericksen,
 Les R'montemps,
La Société Historique Hag’Dik,
La compagnie Noktan-Bulle et la compagnie Laure, (jongleurs, etc…)
 
 

Disposition des lieux :

Je viens un peu en découverte car mes souvenirs de l’Elysée sont très lointains. Mon premier réflexe est de regarder comment les lieux sont occupés ; les stands de merch et de boutiques sont disposés tout autour de la salle.
Les quelques boutiques de produits moyenâgeux et celtiques proposent de très beaux articles de qualité, mais je ne m’y suis pas attardée, de peur de ne pas résister à l’envie de dilapider mon pauvre compte en banque. Si je commence je ne m’arrête plus ! On ne retrouve pas les stands habituels que l’on rencontre à chaque foire médiévale parisienne et alentours ; et cette année, même nos amis de la Chaosphère se sont déplacés de la Bretagne !

En déambulant, on pouvait rencontrer échassiers, jongleurs, costumes incroyables, qui se trouvaient surtout dans le fond de la salle. Pour la première fois de ma vie, j’ai su trouver une place à la barrière où enfin je peux jouir d’une vue imprenable sur les artistes sans avoir à me tortiller du haut de mon mètre cinquante-six ! Pour le coup, j’ai voulu profiter de l’occasion et ne pas perdre cette superbe place. On se gardait donc les places entre amis afin de pouvoir aller chercher de succulents Hypocras, et de pouvoir jeter un coup d’œil aux stands.
Entre chaque prestation, comme à son habitude, le Fest proposait des jeux barbares et des combats dans une arène créée par le public lui-même, juste devant la scène. Un magicien était prévu : mais je ne l’ai pas trouvé !

La soirée :

Les AO sont parfaitement ponctuels puisque je rentre un peu avant 14h30, et les Vikings’n Celts sont déjà sur scène depuis 14h20 ! Ma première impression provient du son que je trouve de qualité ; si mes pauvres oreilles malades vous le disent : croyez-le ! Le combo a su prouver son entrain et son esprit « délire » lors d’une interview ; je confirme, sur scène c’est pareil. Le public est déjà aux taquets, les musiciens n’ont pas à faire d’efforts pour le réveiller ; juste à rester eux-mêmes ! Chose pas si commune, Vikings’n Celts officient dans un Thrash/Folk Metal, alternant des parties saturées et enjouées à d’autres plus acoustiques. Sur scène se tiennent deux Vikings en tenues de combat, comme l’a fait Amon Amarth auparavant. Le groupe prend du plaisir, il apprécie son public, et en guise de sortie lui jette tout un tas d’objets : baguettes, médiators, et même une flopée d’autocollants comme pour dire : «ne nous oubliez pas !! » ; l’un deux atterrit d’ailleurs juste sur moi.

        VIKINGS'N CELTS    (Photos de Karydwen Photography)       

Des vidéos sont disponilbles ici!

 

Première animation : une reconstitution de combat par la compagnie Hag Dik. Les premiers à se lancer opposent une épée et une hache aussi grande que le guerrier ; ça s’annonce sanglant ! La violence des coups et les morts qui jonchent le sol amusent le public, qui acclame les vainqueurs comme il se doit. Tout ça sur fond d’excellents morceaux de Folk et Black Metal.

Le second groupe est prêt après quelques problèmes de son : Tornaod, qui officie dans un Rock Celtic aux principales influences d’Alan Stivell. Le groupe enchaine principalement de longues instrumentales. Après un problème de son, c’est une corde de guitare qui lâche : merci à Stille Volk d’en prêter une, car Tomaz avait l’air très embarrassé ! Je suis surprise par une ligne de basse bien trop présente ; en effet il me semble que le groupe n’a pas de bassiste. Les musiciens se défendent, d’ailleurs c’est musicalement somptueux. Mais il me manque quelque chose…si j’adore ce que fait Tornaod, je préfère écouter sur album que les voir sur scène. D’ailleurs, un achat s’impose !

                         TORNAOD                        

 

Les premiers jeux barbares font leur apparition : bras de fer et « la barbichette », animés par quelques personnes costumées, prenant leurs rôles très au sérieux. Pendant ce temps là, Heol Telwen se prépare…

...et arrive enfin ! J’ai eu la chance de les (re)voir au Crosne Fest il y a quelques semaines, donc je ne m’attendais pas à quelque chose de très différent, mis à part que j’étais devant et que je pouvais tout voir ! Si quelques problèmes de son mal équilibré se sont fait entendre au début, très vite le public s’est déchainé devant une set list excellente, proposant (si je ne m’abuse) deux nouveaux morceaux. Je serai toujours impressionnée par le flûtiste lorsqu’il joue pour deux : deux flûtes dans la même bouche jouant des lignes différentes ! Ils nous ont proposé entre autres An Douar eleh mon Gane et An Deiz Ruz ; Dahud ; Etre Doue Mor ; Kan Ar Kern

                         HEOL TELWEN                        

 

De nouveau des jeux barbares, plus que barbares : le fameux tir à la corde ! C’était, comment dire…violent ! Et drôle. Bref j’ai quitté ma barrière (sagement gardée, pas folle) pour aller faire un tour au milieu des stands et saluer notre ami d'Intensified Records au passage (le label de Valhôll…Je sens que ça vous parle mieux là !)

Le premier groupe étranger arrive sur scène : XIV Dark Centuries. Je ne connais pas beaucoup le groupe, car je ne trouve pas ses compos exceptionnelles. Cependant, sans être transcendant, c’est un groupe à écouter, car la maîtrise est là. Les musiciens arrivent costumés sur scène, type moyen-âge, et proposent un set très enjoué. En live, ça vaut le coup ; c’est entraînant et défoulant d’ailleurs le public en profite bien !

                      XIV DARK CENTURIES                     

 

Nouveaux combats : mais là, les guerriers sont en groupe et ça fait réellement peur ! D’ailleurs, ils concluent leur combat en chargeant le public : du côté opposé au mien, tout va bien XD ! Stille Volk se prépare, et là je commence à trépigner…

Stille Volk commence à jouer : le public se met dans l’ambiance sans attendre, mais en réalité, ce n’est que pour les balances…Allez ! On attend ! Vite ! J’ai déjà vu le groupe une fois au Cernunnos II, j’avais vraiment apprécié, et je suis très fan de leur parcours et de leur dernier album. Le groupe commence enfin : c’est une vraie frénésie dans le public, ça saute, tape dans les mains (d’ailleurs ça pique !), hurle, chante....Vraiment, quelle ambiance ! Le groupe prend un plaisir monstrueux, maîtrise son set comme jamais, et c’est de toute beauté. Lafforgue est très théâtral et joue bien son rôle, d’ailleurs sa voix est superbe comme toujours. Quelques petits soucis d’accordage, ( il fait chaud il paraît^^) et tout repart. Mais l’absence de flûte fait un grand vide je trouve, c’est d’ailleurs certainement pour ça qu’ils ne nous ont pas fait l’honneur de Nueit de Sabbat, titre éponyme du dernier album. Petite déception sur le titre In Taberna : ils l’écourtent et ne font pas leur « ooooooohhh eeeeeehh !!!!! » ; dommage car je suis sûre que le public aurait suivi ! À la fin du set, Lafforgue conclut sur une révérence ; mais le public en demande encore…Serait-ce le meilleur groupe de la soirée ? Quelques titres : Danse de la Corne ; Le Banquet ; In Taberna ; et d’autres d’albums précédents dont les noms m’échappent…

                         STILLE VOLK                     

 

En attendant la préparation des Danois d’Angantyr, nous retrouvons le jeu de l’épée derrière nous ; celui où il faut tenir une épée à bout de bras le plus longtemps possible sans toucher la corde. C’est bien ça ? Parce que je ne voyais rien ! Bref, je me dis qu’Angantyr est prêt, que le peu que je connaisse est très sympa, mais que j’ai peur de m’ennuyer et de ne pas aimer…

Avant de démarrer, le bassiste vient nous faire le plaisir d’arriver en loques, limite en caleçon (euh non, en caleçon en fait !), couvert de sang et de maquillage, et de nous cracher du sang sur les premiers rangs…Sympa ! Merci ! Je nettoie ça comment moi ?! Bref, je m’oublie, et j’adore déjà son personnage…Ce type là a l’air énorme !
Le groupe démarre, et verdict : UNE PUTAIN DE TUERIE !!!! Car à l’inverse de Tornaod, Angantyr est un groupe de scène…Pourtant one man band à la base, (tiens, bizarre !). Les quatre zicos arrivent couverts de maquillage à la BM et introduisent leur set avec leur dernier album : Haevn. Le plus taré reste celui placé devant moi, sans surprise : le bassiste. Il enchaine les pauses comme un triso, nous fait des grimaces risibles, à tel point que lorsqu’il me regarde avec insistance et théâtralisation, je ne peux m’empêcher de sourire…Pas très Black Metal Melle ! Bref, après avoir remis du sang dans sa bouche et feinté de mordre le bras de Ynleborgaz (chant et fondateur), il revient à la charge déverser son liquide visqueux sur nous. A côté de ça, le gars gère : quelle présence et quelle maîtrise ! Il a tout bon !
Dans l’ensemble, le groupe nous entraîne dans une puissance monstrueuse ; à savoir que sur album, c’est le côté mélodique qui domine. Ce groupe est une vraie claque pour moi, la voix du chanteur est sublime, je m’oublie dans les vibrations que me procure le BM en général. Et d’ailleurs, je vais m’empresser d’aller voir leur stand ! Pour conclure, Ynleborgaz s’approche de nous pour nous serrer la main ; en fait on est trop nombreux, il saute de scène et nous saute dans les bras, plein de sang et de sueur…Ah ah ! Quel plaisir de faire un câlin à un super zicos, ça m’arrive si rarement ! Puis le bassiste revient donner une poignée de médiators à un jeune homme à deux pas de moi, qu’il distribue aux alentours : merci encore à celle qui m’a donné le sien !

               ANGANTYR               

 

Allez, encore un groupe avant Arkona : maintenant que je suis à la barrière, j’y reste aussi pour la tête d’affiche. En attendant que Belenos, tellement attendu, se prépare - d’ailleurs la première apparition de Loïc lui a valu une ovation – c’est le jeu du cri barbare qui se joue derrière…Y a des lopettes, et y en a des bons, j’avoue ! Voire terrifiants !

Il y a tellement à dire que je n'ai pas assez de place...
 

Adresse

L'Elysée Montmartre
0 - Paris
France

Message #1679 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Abrahel





Ecrit le 02.02.2010


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter