retour à la liste des Fiches de groupes

AC/DC Part 3

AC/DC Part 3


 
 

 
1978 - Une machine de guerre au complet


Les albums et tournées vont enfin s’enchaîner ! AC/DC est au complet, les objectifs sont clairs, en route pour le monde !

1978 – Powerage
 
 

En ce début d'année, c'est Powerage qui tombe dans les bacs !!! Cet album sera noté comme une contre performance par rapport à Let There Be Rock qui est monté haut dans les charts. Mais n’oublions pas qu’AC/DC est avant tout un groupe de LIVE. Cette même année, en octobre, verra surgir un album "LIVE" au titre évocateur If you want Blood, You’ve Go It, celui-ci est issu de la puissante tournée POWERAGE.

 
AC/DC - If you want Blood, You’ve Go It - 1978 + un extrait vidéo du début de ce même concert.
 

Et nos Australiens repartent encore en tournée...

Let There Be Rock - Vidéo de l'album If You Want Blood, You've Go It
 
 
Anecdote Footballistique 
 
Lorsque l'équipe nationale d'Écosse se qualifie pour participer à la coupe du monde de football en 1978, AC/DC marquera immédiatement l'évènement lors d'un concert à Glasgow cette même année. 
 
 
AC/DC - Fling Thing + Rocker - Ils sont habillés en tenue de footballeur écossais - Glasgow 1978
 
 
 
Le 24 octobre 1978, TRUST est en première partie d'AC/DC !!!
 
 TRUST en 1978


C’est un événement national que d’apprendre qu’un groupe français se retrouve en première partie d’un groupe international - à la renommée mondiale même -  qu’est AC/DC. Surprenant pour quelques-uns mais pas pour d’autres car Bon Scott et Bernie Bonvoisin sont potes. Le groupe français va saisir une opportunité pour se faire connaître et exploser sa popularité dans notre hexagone.
Le concert de TRUST sera retransmis en direct sur WRTL radio, avec les commentaires de Francis Zégut et d’une autre présentatrice.

C’était le soir de mon anniversaire, je venais d’atteindre mes onze ans et sous mon oreiller, en cachette, j’ai entendu cette fameuse retransmission… Fabuleuse ! Extraordinaire ! Impressionnante ! Je n’entendais que cela durant toute la prestation de TRUST.
 
 

1979 – Highway To Hell
 
               Highway To Hell version européenne ---------------- Version australienne ----------------------- Vidéo Promo TV - 1979 - Angleterre             

 

Cet album a plusieurs particularités… C’est certes le dernier album qu’enregistrera Bon Scott, mais à la production c’est un certain Mr Mutt Lange aux commandes.
Mutt Lange va travailler cet album pour donner plus de clarté aux instruments et compositions d’AC/DC. Il valorisera même les mélodies chants de Bon Scott.

Entre des rythmiques mélodieuses à souhait, Mutt Lange fera ressurgir l’énergie électrique du groupe… Ce qui est un véritable casse-tête au départ, va tout simplement aboutir à un album de légende, un incontournable aujourd’hui. Le "Highway To Hell Tour" commence mi-mai cette même année, les charts explosent car l'album est sorti depuis fin juillet 1979, il se classe de suite N° 8 en Angleterre, N° 17 aux U.S.A, il est disque d'or en quelques mois en France... C'est un véritable carton !!!

La tournée prend des tournures de tête d'affiche importante dans des concerts conséquents entre très grosses salles et festivals de haute volée. Tout pourrait aller pour le mieux sauf que certains pétages de plombs surviennent.

 

 Pétages de plombs

De triste mémoire et pendant une party après show, Bon Scott descend une bouteille de ce qu'il croit être du Bourbon... C'est en réalité de l'after-shave. Bon perd petit à petit le contrôle de lui-même, cédant à tous les excès. C'est pareil pour Phil Rudd,  qui se trimbale en tournée avec un circuit 24 géant qu'il fait monter dans la chambre voisine à la sienne. Il se passionne ensuite pour la photo et c'est un labo complet qu'il se trimbale à grands frais.

 

 

Des caméras chez les Frenchies ???
 
 
 AC/DC avec le film Let There Be Rock et le titre Bad Boy Boogie à Paris pour la tournée "Highway To Hell Tour" en 1979, un film incontournable !
 

 

Durant la tournée française, le public y voit une drôle de mise en scène car à Paris, une grue "Loona" supportant une caméra accompagnée de cinq autres sont positionnées dans divers endroits stratégiques dans la salle. OUI ! On sent qu’un film se prépare et ce qui était au départ un simple documentaire va devenir un long métrage qui entrera lui aussi dans la légende. La première partie de ce film est enregistrée entre le 6 et le 9 décembre 1979, et la seconde partie se déroulera au Mans le 23 Janvier 1980. Coté technique, Angus Young joue avec un émetteur suite à une violente électrisation. Mais qui dit un émetteur, dit plus de liberté, ce qui va profiter à notre "school boy" si ce n'est que... Le jour du premier tournage à Paris, l'émetteur est en panne, nous sommes un dimanche et en France le dimanche ??? Et oui... On ne travaille pas... Même pas pour sauver l'émetteur d'Angus Young !

Une première fois le mixage sonore ne conviendra pas et c’est Tony Platt, le mixeur habituel d’AC/DC, qui le re-mixera.

Bien que Bon Scott ait déjà visionné ce film trois jours avant sa disparition, le film fut modifié encore une fois. On y a rajouté entre autres une dernière séquence de fin… "To Bon"…  Pour marquer la disparition tragique du chanteur  car ce film sortira en pleine tournée "Back in Black"... Mais je vous en reparlerais plus bas.

Le "Highway To Hell Tour " se terminera le 25 janvier 1980 et le groupe pose ses flight cases et valises à Londres en pensant déjà au prochain album.
Malcolm et Angus cherchent de nouveaux riffs, Phil et Cliff se la coulent douce et Bon Scott, pour l'essentiel, fait la fête. Il ne manquera pas d'assister au mariage d'Angus avec sa "girlfriend" des premiers jours, une Hollandaise qui le suit depuis un bon moment. On le voit surtout souvent trainer avec ses potes de TRUST qui terminent à ce moment là leur album Repression au studio Scorpio et dont Bon promet de traduire et d'adapter les textes de Bernie Bonvoisin pour la version anglaise.

 

 

19 Février 1980 -  Le dernier acte...
 
 

Le soir du 18 février, Bon Scott accompagne Allistair Kinnear, un pote musicien au "Music Machine", un vaste club de Camden Town au nord de Londres. Bon enfile un puis deux, jusqu’à sept doubles Scotch et parle aux fans qui le reconnaissent, il est d’excellente humeur.

A trois heures du matin, Bon titube et il s’affale sur la banquette arrière de la voiture de son ami. Arrivés devant l’appartement de Bon dans le quartier de Victoria, Kinnear ne parvient pas à le réveiller, qu’à cela ne tienne, il reprend le volant et se dirige vers son propre domicile à Dulwich au sud de la Tamise, d’ici là, Bon ira surement mieux se dit-il.

Le problème est que... Arrivé devant son domicile, Kinnear ne parvient toujours pas à réveiller Bon Scott. Bon est souvent coutumier de s’endormir et de se réveiller le lendemain comme si rien ne s’était passé. Donc Kinnear l’enveloppe dans une couverture et part se coucher car lui aussi est fin saoul. Lorsque Kinnear se réveillera en fin de journée ce 19 février 1980 et qu’il va rechercher Bon, il s’aperçoit que celui-ci n’a toujours pas repris conscience… Kinnear fonce alors au "King’s College Hospital" avec le corps de Bon toujours recroquevillé sur le siège arrière… Mais il est trop tard...

Dans un état éthylique avancé et étouffé par ses propres vomissures, Bon Scott s’en est allé. Le médecin légiste conclura par « Death By Misadventure » (mort accidentelle).

La nouvelle frappe le groupe jusqu’à hébètement… Les quatre membres digèrent leur lourd chagrin chacun de leur coté, ils ne se retrouveront que le jour des funérailles du chanteur le 1er mars 1980 à Fremantle en Australie…

Les millions de fans accusent tant bien que mal l’arrivée de cette tragédie… En France le groupe TRUST est frappé de plein fouet, Bernie Bonvoisin le fera savoir sur la pochette interne de l’album Repression et le chantera bien plus tard sur l’album Marche ou Crève.

 

 Fremantle (Australie) - Mémorial dédié à Bon Scott et une statue de bronze dans un quartier de la ville

(Photos source Wikipedia)

Mémorial à Kirriemuir dans la ville natale du chanteur

 

 (Photos source Wikipedia)

 

1980 - Retour en noir...

Les obsèques de Bon Scott sont déchirantes, le groupe songe même à un moment à tout arrêter mais ce sont les parents et la famille de Bon qui vont les en dissuader. La maman de Bon Scott dira même au groupe de continuer afin que sa mémoire soit ainsi honorée, et surtout que le groupe n'ait pas fait tout ce parcours pour s'arrêter dans de telles circonstances. Le groupe retourne donc à Londres et, dès les premières annonces officielles ouvrant les auditions, les candidatures vont pleuvoir.

Le groupe auditionne de véritables doublures, voire des sosies de Bon Scott, cela va de leur voix jusqu’aux tatouages que certains candidats n’ont pas hésité à faire reproduire sur leur peau pour la circonstance. Cela devient cauchemardesque... Le groupe en retiendra la leçon pour plus tard.

Pourtant... Un jour... Un chanteur va auditionner sur deux titres, un  premier du groupe Whole Lotta Rosie et le second est une reprise, Nutbush City Limits de Tina and Ike Turner. Ce chanteur répond au nom de Brian Johnson dit "Johna". Malcolm et Angus se souviennent alors d’un jour où Bon Scott leur avait parlé d’un groupe qu’il était allé voir et dans lequel le chanteur avait été éblouissant, à un tel point que Bon avait souligné que celui-ci était même tombé par terre lors du set, se tortillant de douleur et, croyant à un jeu scénique, Bon et le public en étaient montés sur les tables pour en redemander. En vérité, à ce moment là, Johna venait d’être frappé par une très violente crise d’appendicite mais ceci ne l’arrêta pas et il finit le set. Ce groupe s’appelait Geordie et Johna en était la voix "hurlante". Malcolm et Angus ont prêté une attention particulière à ce candidat au parcours professionnel déjà bien prononcé.


Brian Johnson a tout pour plaire car il a une voix qui rappelle des consonances de Bon Scott, mais il a un atout de taille, il est d’une gentillesse extraordinaire et d’une simplicité de vie qui éloigne tout risque de basculer vers le «coté obscur».

Lorsque Malcolm annonce à Brian au téléphone qu’il a décroché le «job», Johna fonce chez son beau-frère qui tient un pub à Newcastle et, quand il annonce le fabuleux poste qu’il vient de décrocher, tout le monde ne le croit pas, on se moque même ouvertement de lui, normal, on est le 1er avril 1980.

 

 

Page suivante

Page précédente

 

 


Australie

Message #1748 sur Inwë[B]zine
Auteur :
JLzeMAN




Ecrit le 13.03.2010


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter