retour à la liste des chroniques

Hellbilly Deluxe 2: Noble Jackals, Penny Dreadfuls and the Systematic Dehumanization of Cool

Hellbilly Deluxe 2: Noble Jackals, Penny Dreadfuls and the Systematic Dehumanization of Cool


 

Style: Indus/Heavy Metal

 

Liste des morceaux:

 

Jesus Frankenstein

Sick Bubble-Gum

What?

Mars Needs Women

Werewolf, Baby

Virgin Witch

Death and Destiny Inside the Dream Factory

Burn

Cease to Exist

Werewolf Women of the SS

The Man Who Laughs

 

Chronique:

Rob Zombie est un business-man de talent. En ayant atteint la reconnaissance avec son premier projet, White Zombie, le ricain a poursuivi sa carrière en solo vers le sommet. Avec Hellbilly Deluxe, premier du nom, l’ex-zombie blanc a prouvé son talent. Il réalisa son rêve de devenir réalisateur avec des films reprenant l’esprit burlesque et décalé de Massacre à la tronçonneuse et dernièrement avec Halloween. Une carrière hors pair, des participations prestigieuses et un line-up de folie, voilà ce que Rob Zombie a décidé de garder pour lui.

Avant de commencer la chronique, il faut s’attarder (forcément) sur l’objet. Une pochette à l’esprit typiquement Zombie, très sombre et à la fois clownesque. Le livret contient une ribambelle d’images et photos aux caractères soignés, une nouvelle fois, c'est typique du Zombie.

Musicalement, on est loin de se plaindre également. Entouré par le magistral John 5, l’ancien Amen, Piggy D et le virtuose Tommy Clufetos, l’artiste a su trouver son line-up de choc. Pour cause, on ne va pas faire dans la surprise : le résultat est au rendez vous.

Jesus Frankenstein est là pour débuter ce voyage de manière sombre, décalée et toujours aussi ironique. Un morceau à l’intro lente et ambiancée avant d’entendre la voix du Zombie déclenchant le début de la fête. Leur musique reste dans une optique très physique, demandant un effort à l’auditeur tant on  éprouve un sentiment de bougeotte incontrôlable. Les rythmiques sont rock ‘n roll, le son est dur, saccadé et incisif. Le poignet de John 5 assène les cordes de manière hallucinante. Tout va bien, on passe un moment sympa.

Les ambiances se changent et se décomposent dans tous les sens, comme avec l’hilarant What ?, en passant par le bluesy Mars Needs Women. On sent l’implication de l’ex-guitariste de Manson dans l’utilisation de la guitare folk, la musique est enrichie et en ressort décuplée d’accroches. Les titres sont diversifiés, le travail accompli est soigné, à l’image du lugubre et excitant Virgin Witch.   

On ne parlera pas d’un album de Rob Zombie, ni même de White Zombie, où la voix de son frontman en est une des forces principales. L’aura et le charisme du chanteur renvoie tout sur son passage, groovy à souhait et déferlant d’imagination.

Bien sûr, il ne faut pas oublier l’implication des autres membres de l’aventure burlesque de Rob Zombie. Son Hellbilly Deluxe II a le don d’être une sacrée dose de perversité et d’exaltation. Même avec une sortie retardée, l’objet satisfait pleinement les attentes et ne verra pas longtemps avant d’être mentionné comme un classique de la bande.

Liens :

Myspace

Site officiel

Label

 

 

 


Etats-Unis

Message #1791 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Choko




Ecrit le 25.02.2010


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter