retour à la liste des Interviews
  retour à la liste des Interviews (Midi-Pyrénées)

Nolentia-Entretien avec le groupe

Nolentia-Entretien avec le groupe


 

                                       

                                                                                                                     

                            

                             Suite à la sortie de leur tout premier album "One Loud Noise and it's Gone", mêlant un grind-core explosif à du sludge/doom massif,

                                                        Nolentia à bien voulu nous en dire plus sur cet opus qui vaut vraiment le détour! 

 

 

1 - Alors tout d'abord une petite présentation du groupe s'impose.Qui êtes vous, d'où venez vous, que faites vous?

Raf (basse/chant) : Nous sommes NOLENTIA, on vient de Toulouse (2 membres) et d'Albi (1 membre - bien proportionné). On fait du bruit (on essaye) en mélangeant des bonnes vieilles recettes grind/sludge/hxc/doom/punk, etc.

2 - Bien, entrons dans le vif du sujet, One loud noise and it's gone est donc votre premier album, qui je le rappelle est disponible depuis fin octobre 2009, via le label "No Master's Voice Records", qui je crois est dirigé par vos soins non? Dites m'en plus.

Ghis (guitare/chant) : Effectivement, l'année  2009 a été bien chargée entre l'enregistrement de l'album, sa sortie et la création du label...En fait on ne s'est pas vraiment posé la question de démarcher des labels déjà existants ou pas, histoire de continuer à faire les choses à notre rythme, à notre sauce sans rien devoir à quiconque. En plus ça nous permet par ce biais éventuellement de promouvoir des groupes qu'on aime comme nos potes de Resentful Mind.

3 - One loud noise and it's gone a été enregistré au studio Bringer (8control, Alea Jacta Est, Drawers,...). Que vous a apporté cette expérience studio?Était-ce nouveau pour vous?

Vince (batterie) : Ce n'était pas la première expérience d'enregistrement vu qu'on avait déjà tenté le coup pour la démo en 2007-2008, mais là c'était beaucoup plus sérieux, l'enregistrement s'est fait en séparé, nous avions l'intention de mettre beaucoup plus de titres et il a fallu se faire au clic... Au niveau du son, ça nous a énormément apporté vu que Lolo Bringer a une certaine expérience dans le son métal. Après, on a voulu peaufiner le mix pour faire un son qui nous correspondait vraiment et là, ça a pris du temps et ce fut plus compliqué. Pour résumer, on a pas mal appris et évolué au niveau du son, mais je pense que ce n'est pas encore définitif dans nos esprits.
 
4 - Il est clair que cet album bénéficie d'une production béton à la hauteur des espérances, et c'est une réussite dans le sens où vous arrivez à combiner un grind-core bien furax avec des éléments typiquement sludge/doom fleurant bon l'huile de vidange bouillie ! Pourquoi ce mélange des genres ?
 
Ghis : On ne s'est jamais posé la question du mélange, de quoi mettre dedans...Ça s'est fait au fil du temps, des compos, le plus naturellement du monde ! On écoute tous les trois pas mal de trucs très différents et comme on essaye de composer de façon "démocratique", fatalement chacun va réussir à insérer son petit grain de sable dans le processus....
La seule question sous-jacente à chaque compo est celle de l'efficacité, réussir à faire quelque chose qui ressemble le moins possible à l'électroencéphalogramme de JFK à son arrivée à l'hôpital de Dallas!

5 - Cela fait maintenant 4/5 mois que l'album est sorti, avez-vous pu jauger son impact auprès des auditeurs ? Quels ont été les retours ?
Avez-vous reçu plus de propositions de dates de concerts ?

Raf : Alors, pour l'instant on a essentiellement les retours des webzines/fanzines à qui on a envoyé la galette (comme toi), et franchement on n'a pas à se plaindre... Jusqu'à présent toutes les chros sont positives, voire très positives ! On a eu quelques commandes grâce à cela et ça a permis de nous faire découvrir un peu plus... Après, c'est sûr que l'on marche en autoprod, qu'on n'a pas de distributeur, ce qui limite forcément l'impact que ça pourrait avoir. C'est pour ça qu'on en cherche un actuellement, en espérant qu'il ne soit pas trop tard.
 
Pour ce qui est des propositions de concerts, on en a eu quelques-unes supplémentaires, mais pour la plupart des dates c'est surtout nous qui faisons la démarche, c'est certain... même si on a reçu quelques chouettes propositions !


Du style ?

Hum, j'ai pas le droit de divulguer car je laisse le soin à l'orga d'annoncer le truc mais un festoche sympa à l'étranger se profile pour l'année prochaine !

C'est très bon ça!

yes éé!!

6 - De manière générale, quels sont les sujets abordés dans les textes de Nolentia, et plus précisément dans cet album ?
 
Ghis : La plupart de nos textes parlent...de la vie, l'univers et tout le reste ! L'homme face au monde, dans le monde, contre le monde...On est 7  milliards de connards vivant dans un monde que nous n'avons pas "construit" ni physiquement, ni conceptuellement, on est tombés dedans et nous devons y évoluer avec plus ou moins de réussite...Un jour ou l'autre on va tous crever et en attendant, on essaye tous de trouver un sens, un équilibre...Et à moins d'être particulièrement complaisant (pour ne pas dire docile), on ne peut pas dire que le monde en face y mette du sien !
Quelque part le titre de l'album pourrait résumer une vie, "un grand boucan et pouf plus rien"...
 
7 - Un petit mot sur l'artwork qui me parait être assez singulier pour un groupe de grind, le thème des pochettes se tournant souvent vers le gore ou l'engagement politique. Néanmoins, une certaine touche poétique morbide se dégage de cet artwork, illustrant en quelque sorte vos textes ?
 
Tout à fait, sans être "gnan-gnan" (du moins on essaye !), nos textes ne sont pas dénués d'une certaine naïveté, comme si on se levait un matin et qu'on découvrait que non, l'univers n'est ni juste ni logique ! Il y a une portée politique dans certains de nos textes, pas d'un point de vue militant mais plutôt dans une réflexion sur la société...Par contre on n'a jamais donné dans le gore !
Pour moi il n'y a rien de morbide dans cette pochette ! On pourrait y voir une représentation d'un Haïku de Issa, "Puisqu'il le faut / entraînons-nous à mourir /à l'ombre des fleurs".
 
8 - Très bien, c'est donc sur une note poétique et visionnaire que nous arrivons au terme de cette interview, je vous remercie d'avoir pris le temps de répondre à mes questions, et vous laisse le traditionnel mot de la fin, sur ce bonne continuation pour vos projets futurs !

Raf : merci à toi d'avoir pris le temps de préparer l'interview! Et merci à tout ceux qui soutiennent les bonnes initiatives...!

Liens:

Chronique de One Loud Noise and it's Gone


région : Midi-Pyrénées
France

Message #1844 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Skald




Ecrit le 09.03.2010

Commentaires :
  • H.m, le 09.03.2010
    Excellente interview!!!


  • Skald, le 09.03.2010
    Merci beaucoup mec!Clin d'oeil




Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter