retour à la liste des chroniques

Hanternoz - Metal Kozh

Hanternoz - Metal Kozh


Style: Black métal celtique

Liste des morceaux:

1.Un bien sombre présage ...  
2.Menez Du*  
3.Korobeiniki  
4.Le Druide Korrigan*  
5.Fenkirlk  
6.Metal Kozh  
7.Yerc’hed Mad !*  
8.Le Bouillon du Diable*  
9.Le Chaudron d’ Immortalité  
10.La Mirifique et Haultement Edifiante Histoire du Roi Des Foins  
11.Ar Chupen : La Prophétie de Gwenc’hlann  
12.

Ann Tri Aotrou C’horre


*Titres en écoute sur le myspace.

Chronique:

Ecouter cette oeuvre, c’est se faire emporter par les flots bretons! Dans le monde du folk où les groupes prennent de l’ampleur, voilà cinq hommes, venu tout droit de cette belle région (pluvieuse), qui ne chavirent pas dans la mer déchaînée de la scène. Tout est pensé dans le moindre détail, ce qui en fait un groupe plus qu’intéressant, qui ne fait pas semblant de connaître l’histoire de ses terres!
Musicalement, Hanternoz nous offre un folk très marqué, témoignant de la culture bretonne à travers flûtes, guitare acoustique et synthé, habillés de quelques jolis textes en patois (et quelques-uns en français). Les mélodies folkloriques et les vocaux hurleurs, chuchoteurs, ou clairs, qui peuvent paraître particuliers parfois, offrent un super décalage vraiment propre au groupe. Côté metal, c’est très simple, et c’est bien comme ça: une batterie pour la rythmique, jouée parfois en décalé, ce qui rajoute du relief, une guitare saturée très simpliste pour relever le tout, un peu de basse, discrète, et l’équilibre est parfait. Un vieux metal, enregistré suivant les moyens, qui sont justement très suffisants! En effet, le son, loin d’être parfait, rejoint l’esprit du groupe qui cherche à retranscrire l’authenticité d’une vieille culture. On y ajoute à ça quelques bruitages pêchés par-ci par-là: mer, vent (nous sommes en Bretagne, ne l’oublions pas) bouillon, chouette et autres sonorités mystiques, nous entraînant dans une atmosphère tantôt pesante, tantôt fantastique, et la guimbarde y est pour beaucoup! Plutôt une réussite je dirais. C’est imaginatif et le tout s’avère prometteur.

Pour résumer en quelques titres, une envoûtante intro ouvre l‘opus, venteuse à souhait, meublée de quelques notes de piano et de quelques cris d’appels désespérés, cherchant quelqu' un au milieu des bois obscurs. Ça a tout l’air d’annoncer un album plutôt noir, mais c’est pourtant le titre le plus sombre.
Les éléments folk se font réellement entendre à partir de Korobeiniki, où arrive un air déjà entendu qu’on ne peut s’empêcher de fredonner!
Deux titres sont issu de la démo de 2007, il s’agit de Fenkirlk et Le Druide de Korrigan , dont le dernier, titre éponyme de cette démo, est particulièrement prenant, à l’atmosphère lourde, aux sonorités un peu médiévales, rempli d’une rythmique qui parait improvisée par moment, et de quelques chœurs qui rajoutent un côté malsain.
Après ces deux morceaux, arrive le titre éponyme. Dans celui-ci, qui est instrumental, on sent quelque chose de personnel, comme un tiers qui écouterait un vieux trente-trois tours à la maison. Les craquements d’un disque se font entendre, une instrumentale au son d’accordéon, quelqu'un siffle, une percu qui à l’air de prendre ce qui lui tombe sous la main, un vacarme, le disque saute, et on enchaîne sur la suite, tout le titre étant d’accompagné par la guimbarde.
Le bouillon du Diable, celle-ci, je l’adore! Une petite musicale toute simple mais vraiment jolie, vêtue de flûte, guimbarde et tambour, nous emmenant vers une atmosphère mystérieuse et quelque peu espiègle.
Mais mon gros coup de cœur est destiné à La Mirifique et Hautement Edifiante Histoire du Roy des Foins. Un air qui me rappelle quelque chose aussi! Dans l’interlude musical, le synthé y a pour moi une place d’honneur. Quelque chose d’envoûtant que j’aime retrouver dans la musique, et le chant s’y plonge parfaitement. Lorsqu’on entend ce passage la deuxième fois, un cri s’y rajoute, tout s’accélère et c’est l’extase... Trop courte, hélas!

Côté atwork, on ne pouvait trouver plus pertinent. Petit livret de seize pages, toujours tout en noir et blanc, présentant une photo de chacun des membres, de leurs pseudonymes bretons et animal. Les paroles sont toutes retranscrites, ainsi que l’histoire des textes.

Maintenant je m’imagine en haut d’un phare, contemplant la mer bretonne et ses chalutiers, ayant dans les oreilles le doux son de la flûte d’Hyvermor. Un magnifique voyage à travers un monde rural et fantastique…et comme c’est bon de s’y perdre!

Liens:

Myspace

Label

Fiche groupe

Interview
France

Message #186 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Abrahel





Ecrit le 19.06.2008


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter