retour à la liste des chroniques

Ronny Munroe – The Fire Within

Ronny Munroe – The Fire Within


Style :  Heavy Metal


Titres de l’album :

01. Far

02. What You Choose To Call Hell (I Call Home)

03. Deafening Hypocrisy

04. Rebuild The Ruins

05. Delirium

06. Demon Opera

07. Across The Sea Of Souls

08. Desperate Man

09. Ivory Towers

10. Evil Genius

11. Ride Me

12. Man Of The Silver Mountain

 

Chronique :

Ronny Munroe, voilà sûrement un nom qui ne doit pas vous dire grand chose ! En effet, plus connu comme ayant été le dernier chanteur en date du mythique groupe de heavy qu’était Metal Chruch (oui « était » car le mastodonte de la scène metal est mort de sa belle mort en juillet 2009), Ronny Munroe se lance dans un projet perso.

Soyons honnêtes, à l’écoute de The Fire Within, le premier album de Ronny, on se rend vite compte que le coco ne sait faire qu’une seule chose, à savoir du Metal Chruch. Même si Far, le premier titre de l’album semble nous dire qu’on va passer un bon moment, à condition qu’on aime le pur heavy metal des années 80, le reste de l’album nous fait dire le contraire.

En effet, Ronny n’aurait pu composer qu’un seul titre et le passer en boucle sur l’album qu’on ne s’en serait pas rendu compte tellement tous les morceaux se ressemblent. Triste mais réaliste ! Pourtant Ronny, même si sur ce coup-ci, avouons-le s’est planté, a réussi à réunir d’excellents musiciens. Il s’est entouré, entre autres, de Rick Van Zane (ex-Metal Chruch) et aussi de l’excellent Michael Wilton (Queensryche) à la guitare. Les deux compères sont  loin d’être manchots mais on doit bien se rendre à l’évidence que même le talent des musiciens ne sauve pas le disque du fléau qu’est la monotonie. Si vous ne me croyez pas, écoutez What you Choose to Call Hell (I Call Home), deuxième plage du cd. Ce titre de 5 minutes 31 aurait pu être raccourci d’au moins 4 minutes ! Répéter durant toute la chanson la rengaine « What you Choose to Call Hell (I Call Home) », c’est un peu usant, de plus que le morceau se termine en fade, ce qui prouve bien que le groupe, lui-même, n’a pas réussi à trouver une fin percutante au morceau.

S’il fallait quand même titrer un ou deux morceaux qui pourraient relever le niveau, mis à part le premier, ce serait bien Delirium et Evil Genius qui sont l’archétype même du heavy metal des années 80 et qui sont les deux seuls morceaux de l’album se terminant sans fade !!!

A noter aussi qu’à la fin du cd Ronny Munroe nous fait cadeau d’une reprise de Man on the Silver Mountain qui, à l’origine, est du groupe anglais Rainbow. Alors, de un, on se demande ce que cette reprise fout sur ce disque et de deux, reprendre un des titres fards de Ronnie James Dio (chanteur de Rainbow à l’origine) était un peu risqué vu l’énorme talent du petit bonhomme qu’est Dio!  

Merci Ronny, mais il ne fallait pas !

 

Liens :

Myspace

Label

 

 


Etats-Unis

Message #2071 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Peps





Ecrit le 04.05.2010


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter