retour la liste des Live reports
  retour la liste des Live reports (Pays de la Loire)

18.06.2010 - Hellfest 2010 - 1/3

Hellfest 2010 - 1/3


 

undefined

 

 

Cette année encore, le Hellfest a sévi ! Malgré les attaques répétées, les débats et autres insultes dont l’événement européen s’est vu gratifier récemment, lui, son public et le monde du Metal en général, le Hellfest s’en tire encore plus fort avec - tenez vous bien - 12 000 entrées supplémentaires par rapport à l’année dernière ! 72 000 vs 60 000 ! C’est une vraie bombe ! Car cela signifie que le public est toujours là et ça, c’est un fait ! Alors, pour ceux qui n’ont pas pu y assister (bac, budget, travail oblige…), il est temps de faire honneur une fois de plus à cet événement et à tous ceux qui l’entourent, avec un petit article qui peut rendre nostalgiques ceux qui ont contribué à cet amour de weekend, et faire participer un peu ceux qui l’ont soutenu de loin comme ils le pouvaient.

L’organisation : pour les vieux de la vieille, le organisateurs ont su remettre tous les petits soucis d’organisations en question afin de nous offrir une facilité de transit presque parfaite. Les longues files d’attente n’existent plus, sauf pour les idées nouvelles et pour les dédicaces. Qu’a donc innové le Hellfest cette année ?

 -       Des guichets de jetons ouverts le jeudi, disposés à l’entrée du camping

-         Des distributeurs automatiques : deux, certes, la file d’attente était interminablement infinie. Mais comme cette idée est nouvelle, elle s’améliorera certainement avec les années, j’ai toute confiance !

-         Des toilettes exclusivement réservées pour les femmes (je ne me souviens pas en avoir vu l’an dernier), qui ont bien souvent des besoins d’hygiène irréprochables, hélas. Et ça, c’est un grand PLUS important et très respectueux. Certes là aussi, une longue file d’attente.

-         Plus de restauration, diverses et variées : par exemple, un stand de nourriture végétarienne.

-         La possibilité de prendre de la bière par litre et demi, avec une chope Hellfest en prime. Par ailleurs, cette année, nous avons eu droit à la Bière Hellfest. Bien sur, les goûts de chacun sont assez partagés !

 

Les lieux : pour ceux qui étaient à l’édition 2009, les scènes sont restées les mêmes : deux scènes principales et deux scènes sous chapiteaux qui fonctionnaient par paires et par alternance. L’Extrême Market a en revanche déménagé et surtout considérablement grandi ! Nous avons pu trouver deux grands markets couverts, entourés par pleins d’autres stands situés à l’extérieur. Difficile de résister face à toute cette marchandise (décidément, le Hellfest, c’est un budget !)
Parlons de la déco ! Le Hellfest nous fait l’honneur, depuis deux éditions il me semble, de superbes décos, œuvres de L’Autre Dimension, avec Monic La Mouche et Diazzo (en espérant ne pas me tromper), sur le thème des métaux et du feu. Cette année nous avons pu en découvrir plus encore, dont certains nous apportaient un côté pratique, avec tables et tabourets.

 

 

                       
 

 

Le public : comme je vous l’ai dit plus haut, il était au rendez-vous, et plus encore. Entre les Elmos, Superman, Bob l’éponge, la soupe aux choux, les chirurgiens, les lapins crétins et j’en passe des tas, les festivaliers ont su innover et nous faire sourire en nous amenant des tonnes de second degré qui fait toute l’ambiance du festival. La bière du Hellfest y était-elle pour quelque chose ? Je dirais que oui, quelque part, car voir un jeune homme titubant enrouler une bande de copains avec un rouleau de papier toilette, ou encore quelques énergumènes dansant la salsa (logique pour un festival Metal) ou oubliant une partie des voyelles en essayant de communiquer, il est difficile de faire tout ça à jeun, quoique ! Sans parler du camping où vikings et Bibendum imbibés vociféraient des « Libérez l’apéro ! » (que certains auraient volontiers refermé par ailleurs !) ou encore allaient chiper les tonneaux-poubelles du Metal Corner pour se faire l’avocat des Bronx jusqu’à six heures du matin…Comment dites-vous ? Si on arrivait à dormir ? Ah ah !

Le camping : rien de nouveau à ce niveau là je crois, mis à part un public particulièrement réveillé et dissipé la nuit (« ah, bon ? Pas de votre côté ? Mince, je n’ai pas eu de chance alors ! »). Comme nous étions en pleine coupe du monde de football, le Metal Corner retransmettait les matchs du soir. Mais n’ayant pas trop mis les pieds là-bas, je ne sais pas si les choses ont beaucoup changé…


 

 LIVE REPORTS PAR ABRAHEL


SLASH

Il fait partie des musiciens que j’ai suivis durant mon enfance. Aussi je comptais aller y jeter un œil, par curiosité juste, puisque DARK FUNERAL passait en même temps. Mais lorsque l’on m’a annoncé que devait se jouer Sweet Child O’Mine, je n’ai pas réfléchi ! Et là, ça a été la claque, parce que je ne m’attendais pas à voir un groupe rejouer les plus grands titres des GUNS N’ ROSES, titres qui ont bercé une partie de mon adolescence. Vieilli mais pas rouillé au niveau des doigts, le prodige nous a offert des solos vibrants et un set parfait. C’est à la fin seulement qu'il s’est lâché sur son manche pour le plus grand plaisir de nos oreilles.

 

                      
 

 

GHOST BRIGADE

Ce groupe était mon TOP 1. J’ai été charmée par leur dernier album que j’écoute très souvent, et j’avais une hâte trépignante de voir ce que tout ça pouvait rendre sur scène. Inhabituée au Sludge-Doom en général, je me suis pris une sévère claque, déjà par un son terrible avec une batterie très soutenue pour une ampleur magistrale. Si je mets un petit bémol sur la voix saturée que l’on entendait moins, la présence et la maîtrise des musiciens ont procuré une puissance frissonnante. Pour couronner le tout, je n’ai pas été déçue par la setlist qui venait en grande partie du dernier album, Isolation Songs, et qui m’a permis de voyager, et je n’ai pas honte de le dire : lorsque le combo a entamé Suffocated, ou encore Into The Black Light, les larmes m’ont piqué les yeux !

TAMTRUM

J’aime beaucoup l’électro mais je n’en écoute pas par manque d’occasion. Et bien il est temps de m’y mettre, car TAMTRUM a le mérite d’être scéniquement spectaculaire avec une ambiance très dynamique (jusque là, rien d’étonnant pour le style). Nous avons eu droit à une demi-heure de ferveur sur laquelle il était impossible de rester passifs. Le summum, ce sont les deux demoiselles qui ont gratifié ces messieurs (et tout le monde, après tout !) d’un petit strip tease, puis enfin de crachage de feu etc.

ELUVEITIE

Grande fan du groupe, j’en suis peut-être à mon cinquième concert d’eux. Mais cela fait déjà un moment que je n’ai pas vu le combo sur scène, et j’avais grand hâte de voir ce que donnait le dernier album en live ! Première surprise : la déco des bannières aux tons bleus que j’ai trouvées vraiment très belles. Deuxième surprise : c’est la première fois que je vois Krigel exiger un circle pit puis un braveheart ! Et oui nous pouvons même trouver ça sur le Folk Metal maintenant ! Certes, certains vont dire « blablabla » mais tout de même, ça a mis l’ambiance ! Les musiciens ont tous très bien assuré (même les deux remplaçants qui m’ont déçue à leur arrivée dans le groupe), le son était correct dans l’ensemble et l’ambiance terrible. Je m’attendais tout de même à avoir l’honneur d’un titre de Evocation I…Troisième surprise : le groupe a conclu une fois de plus son set avec le fameux Tegernako que j’aime tant !

 

                    
 

 

OMEGA MASSIF

J’écoute peu de sludge, donc je ne suis pas spécialiste et je ne vais pas innover dans mes impressions. Mais malgré une belle crève ça a été un moment très appréciable. Rien de tel pour commencer la dernière journée du fest où dès le matin, je ne tenais déjà plus debout ! La lourdeur entrainante et la puissance du son m’ont charmée, les musiciens étaient à fond et  prenaient du plaisir, leur attitude était parfaite : ce fut une très belle découverte pour ma part !


 

LIVE REPORTS PAR JOJO

 

GOROD

Ce sont les Français de Gorod qui ont eu la lourde tache d'être les premiers à entrer en piste au Hellfest, et visiblement ça ne les a pas complexés puisqu'ils ont livré un show très énergique et ça en est même plutôt une bonne surprise pour moi, le groupe remplit sa courte demi-heure du mieux qu'il le peut. Le bassiste m'a plutôt impressionné en revanche, une basse audible qui est bien maîtrisée, ça fait toujours plaisir ! Et en parlant de plaisir, le groupe semble très heureux d'être ici !

OTARGOS

Pas trouvé ça génial, un certain sentiment de lassitude m'envahit, le show parait linéaire, qui n'est pas aidé par un son correct mais sans plus ; autant ça m'avait laissé une bonne impression sur album, autant là je reste globalement sur ma faim. Le speech comme quoi la bible est un poison ( je n'ai plus la phrase exacte en tête) était plutôt sympa et bien incrustée dans le show. Le dernier album m'a semblé être plutôt bien représenté. A noter tout de même que j'ai l'impression que les guitares 8 cordes deviennent à la "mode".

URGEHAL 

Petite déception, autant j'avais aimé Ikonoklast, leur dernier opus, autant en live, y'a rien qui m'attire... Ah si, le masque du guitariste est rigolo, bon voila, passées les 2 premières minutes on oublie...

Il faut dire que le son n'est pas là pour les aider, un des sons les plus pourris qu'il m'ait été donné d'entendre sur ces trois jours, ça donne pas envie...

NEGURA BUNGET 

Difficile de rentrer correctement dans l'ambiance si particulière des Roumains en plein après midi pour moi, même si la prestation était (globalement) de qualité, ce n'est pas facile...

De plus ils ont rencontré quelques soucis avec leurs instruments traditionnels, soit ils ne fonctionnaient pas, soit ils émettaient un larsen horrible, heureusement, ça n'a pas duré longtemps et le son est devenu meilleur avec tout qui marche correctement.

Pamint et Tara De Dincolo de Negura, deux morceaux de leur dernier opus, auront tout de même réussi à me déclencher quelques frissons, je n'ose pas imaginer ce que ça aurait donné de nuit avec un léger brouillard ! Des morceaux des anciens albums ont été interprétés mais ne m'ont pas vraiment impressionné (changement de line-up quand tu nous tiens...). A voir de nuit (ou en salle) !

IHSAHN

Enfin je peux voir Ihsahn, le grand bonhomme d'Emperor. Étant grand fan de ses albums solos, l'attente était grande !

Le début du concert est excellent avec l'enchainement The Barrens Lands/A Grave Inversed, et un son plutôt bon mais la setlist n'est pas aussi énorme que ce que j'aurais espéré ( Scarab et Unhealer aurait été dispensables à mon avis, même si le claviériste assure la ligne de chant, originalement tenue par Mikael Akerfeldt sur l'album, de fort belle manière. Je n'aurais par contre pas craché sur un And He Shall Walk In Empty Places ou encore The Pain Is Still Mine, même si cette dernière n'est pas vraiment adaptée à un festival ). Une chose m'a surpris cependant, c'est le petit contraste entre IHSAHN et ses musiciens, on dirait deux mondes différents. Bon c'est quand même une bonne claque, mais pas la claque que j'attendais ! (enfin, je suis très exigeant pour le coup :)

WATAIN :

Un show efficace et bien huilé, où les titres du dernier album passent plutôt bien l'épreuve du live, mais c'est quand même en partie gâché par un son en demi-teinte.

La mise en scène était sympathique bien que relativement pauvre (super les deux bougies noires, bon les deux croix inversées en feu étaient par contre du plus bel effet, et mention spéciale également au lance flamme gauche...qui ne marchait pas, ça faisait assez bizarre d'avoir un seul côté de la scène qui crache du feu).

Mais c'est quand même l'ennui (ou la fatigue) qui a dominé ce set pour moi.

GODFLESH 

Vu seulement en partie et... ça avait l'air bien de l'extérieur de la Terrorizer,  cette dernière étant on ne peut plus bondée !

Un épais brouillard semblait avoir envahi la scène, le rythme peu nerveux, les répétitions, et mêmes les lights statiques nous ont donné l'impression d'un temps suspendu, limite hypnotique, comme envoûtés par la caractère fort de la musique de GODFLESH.

Le groupe prend vraiment toute son ampleur sur scène.

ULVER 

Garm entre sur scène avec sa bouteille de Jack et la clope au bec, le show peut commencer. Il semble littéralement envahi par sa musique.

La musique quant à elle, est dotée d'un son quasi-parfait, quel bonheur d'entendre des morceaux comme Rock Massif, Little Blue Bird ou In The Red (rah quel morceau !!!!!) en live ! Et quelle voix que celle de Garm, qui contrairement aux versions disponibles sur albums, s'est complètement lâché au niveau de sa voix, poussant celle-ci d'une manière presque brutale, mais sans dénaturer du tout les morceaux.

Le concert se relâche progressivement en intensité pour finir par Not Saved à en tomber par terre/chialer. Les projections en rajoutaient une couche à l'ambiance planante, assurément j'envie ceux qui ont eu le privilège de les voir à La Cigale à Paris !

L'ovni du festival sans aucun doute, mais également l'une de mes plus grosses claques !

MARDUK

S'il y a bien un groupe qui m'a déçu, c'est MARDUK, un son assez mauvais et une prestation loin d'être bonne, et pour ne rien arranger, des problèmes techniques sont venus s'immiscer au début du show, qui a commencé en retard.

J'espérais au moins finir sur une bonne impression avec Christraping Black Metal et Baptism By Fire mais ce fut le coup de grâce !

Je n'avais jamais vu le groupe et je ne compte vraiment pas le revoir...

KALISIA

Ma grosse claque du festival !

Bon en même temps ça faisait plus d'un an que j'attendais ce jour, depuis l'écoute de Cybion, donc forcément j'étais à fond et l'un des seuls à m'être bien agité pendant la courte demi-heure de show.

Ont été joués la première et la dernière partie de Cybion et un titre issu de Skies, Lost Soul, leur premier EP.

Au niveau du son, le début fut un peu difficile, les guitares étaient en partie inaudibles mais ça s'est vite arrangé, malheureusement pas suffisamment, mais au moins on entendait quelque chose ! Par contre la voix de Brett restait toujours trop faible sur les passages vocodés (et il nous a gratifiés d'un petit larsen sur un de ces passages, heureusement il s'en est vite rendu compte. Gros point positif, la batterie électronique, qui surprend au départ, mais qui au final nous a offert un très bon son (bien meilleur que nombre de batteries triggées !).

Au niveau de la prestation des musiciens il n'y a rien à redire, pour leur première scène en treize longues années, ils ont assuré et quitteront la scène de la Rock Hard Tent sous les yeux d'un public visiblement conquis.

Vivement qu'ils fassent de "vraies" dates !

SADIST

Je ne connaissais que de par la très laide pochette de leur dernier album, et tout ce que je peux dire c'est que je n'ai pas du tout accroché à leur musique, le son était bon mais ça ne m'a pas spécialement touché.

IMMORTAL

L'autre déception du festival pour moi.

Un Abbath qui nous livre une véritable boulangerie sur chaque morceau, le dernier album joué dans son intégralité n'arrange pas forcément les choses (Norden On Fire et Hordes Of War auraient été largement suffisants). Nous avons tout de même eu droit à une première en France (si j'ai bien compris), à savoir Grim And Frostbitten Kingdom. Mais cela n'enlève pas la déception de l'absence de Blashyrkh, Mighty Ravendark ou de Beyond The North Waves.

Vraiment pas terrible.

GENERAL SURGERY 

En voyant la scène on comprend tout de suite quel est le groupe qui joue, des bouchers docteurs, ça ne pouvait être que GENERAL SURGERY.

Si boucherie il y a eu, c'est au niveau du son : que c'était mauvais...

C'est la seule chose que j'ai retenue de leur show à vrai dire...

ENSIFERUM

Le public semble être en forme pour accueillir ENSIFERUM, et le show semble être de qualité d'où je suis situé, bien que cela manque d'anciens morceaux à mon goût.

Le son était tout à fait correct, même si j'étais assez loin.

 

                                                                        

 

 

KATATONIA

Ne connaissant que le dernier album, j'ai été plutôt satisfait de leur show (The Longest Year m'a fait très plaisir !), et les anciens morceaux m'ont également bien emballé, même s'ils n'ont pas été nombreux.

Le son était très bon en tout cas.

DEVIN TOWNSEND PROJECT

Un des shows du festival !

Un Devin Townsend très en forme, qui devient carrément en transe (et moi aussi !) sur les morceaux de Ziltoid The Omniscient, nous livrant toute sa série de mimiques schizophrènes.

Le show en lui-même est assez vide, mais DEVIN TOWNSEND suffit largement pour mettre l'ambiance et nous lâche un "Everyone hugs each other !", j'étais trop loin pour voir si ça a été suivi ! ^^

Beaucoup trop court (50 minutes) !

 

                   
 

 

 

Partie 2/3

Partie 3/3

Les photos de Metalloufu

Les photos de Jojo 

 


rgion : Pays de la Loire
France

Message #2245 sur Inw[B]zine
Auteur :
Abrahel





Ecrit le 08.08.2010


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'quipe
Copyright 2007-2011 - Tous droits rservs
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter