retour à la liste des Interviews

Endless Agony

Endless Agony


Bonjour, bon on va sauter la traditionnelle question du «personne ne vous connait, présentez-vous» ! Bref, vous n’êtes pas des nouveaux sur la scène nationale, forts de votre troisième album paru au mois d’avril. Mais par contre, vous avez une certaine récurrence à changer souvent de fois votre line-up, pourquoi ? Incompatibilité d’humeur avec certains membres ? Êtes vous stables en ce moment ?

Steph : Oui c’est vrai, je reconnais que les changements de line up sont assez courants dans Endless Agony et crois moi, je suis le premier à le regretter !!! Je crois que c’est surtout dû au statut du groupe à l’heure actuelle, je veux dire par là que nous ne sommes pas des musiciens professionnels : nous avons tous un taff à côté et  pour autant jouer, ça  demande énormément de sacrifices et d’implication. Cela va bien au-delà d’un simple loisir récréatif. Un groupe comme le nôtre ne continue à vivre que par la passion de  ses membres pour la musique et il arrive malheureusement souvent que certains estiment que le jeu n’en vaut pas la chandelle et décident d’arrêter. Il n’y a pas d’animosité avec les anciens membres  ; chacun a fait ses choix au moment voulu et nous respectons les choix de chacun.

Mak : Pour l’instant le line up actuel est stable. On est tous motivés et impliqués dans ce que l’on fait, avec les mêmes attentes. On n’est pas à l’abri d’un départ évidement, mais il n’en est pas question pour le moment. 

Avant de parler de l’album, on va parler de votre prestation au Metalcamp en Slovénie, très bon festival qui commence a avoir une grosse renommée a l’international. Vous étiez les seuls représentants de notre fière nation, j’imagine que cela apporte une certaine fierté ?

Mak : Oui en effet ! On est vraiment très fiers d’avoir pu participer à ce festival qui, comme tu l’as rappelé, devient de plus en plus connu. On a eu un peu la pression d’être le seul groupe de l’hexagone sur place, mais tout s’est bien passé J ça restera un super souvenir !

Comment s’est déroulé votre set ? Quel accueil le public vous a-t-il réservé ? Est-ce que votre nouveau front man (actuel chanteur dans l’excellent Furia) s’est t’il senti à l’aise pour son 1er concert avec vous hors de nos frontières ?

Steph : Damien n’est pas tout à fait un nouveau venu dans le groupe puisqu’il fut historiquement le premier chanteur du groupe avant de le quitter pour Furia. Lorsqu’il est revenu dans le groupe il n’était donc pas complètement perdu puisque nous nous connaissions déjà bien. 

Mak : C’est vrai. Et puis, il sait ce que c’est, il a dejà participé avec Furia à de nombreux festivals, et autres grosses salles (même le Hellfest !).

Pour ce qui est de notre set, on avait un créneau de seulement 30 minutes, donc on n'a pas eu le choix, il a fallu tout donner tout de suite ! Pour la plupart, mis à part quelques personnes, ils nous découvraient, ce qui est plutôt normal. Le fait est qu’ils sont restés jusqu’au bout, et ont par conséquent raté le début de Paradise Lost sur la main stage. Pour nous ça veut dire beaucoup et ça nous fait énormément plaisir.

Avez-vous des dates à nous communiquer de vos futurs concerts ?

Mak : Pour l’instant, on peut seulement annoncer le 22 janvier à Tours au Black Hawk, avec Brennkelt. Nous venons juste de jouer à Paris le 11 septembre et à Clermont ferrand le 14. D’autres dates sont en préparation mais ne sont pas confirmées pour l’instant. 

On va également postuler pour un maximum de festivals, notre première expérience nous a tellement plu qu’on en redemande !

Parlons maintenant de votre nouvel album sorti déjà il y a quelques mois, comment sont les ventes jusqu'à aujourd’hui ?

Mak : A notre échelle, le bilan est plutôt bon. Il faut savoir que nous n’avons pas un gros label derrière nous pour en faire la promo et le distribuer. On en vend principalement lors de nos concerts, et il est vrai qu’on en a vendu à pratiquement tous nos lives jusqu’à présent, et c’est déjà beaucoup pour nous.

Les compositions selon moi se dirigent  plus vers du Death que le Black d’autrefois, à qui est dû ce changement assez radical par rapport aux premiers méfaits ?

Steph : Je ne trouve personnellement pas que le changement soit si radical. Depuis les débuts d’Endless il y a toujours eu des éléments death metal dans la musique du groupe. Il est vrai que cela s’est accentué avec le temps mais de manière assez progressive je trouve. Je pense par exemple que Killing machine (le précédent album) est  un album qui a été un peu trop hâtivement classé dans le black metal. C’est surtout la production qui le fait sonner plus black qu’il ne l’est réellement, beaucoup de morceaux sur cet album (comme le morceau titre) sonnaient déjà très death metal.

Mak : D’accord avec Steph sur ce point. Je suis arrivé dans le groupe juste après la sortie du Killing Machine, mais je le voyais plus comme du death avec des éléments de black que l’inverse. Le Source of Hatred qui vient de sortir s’inscrit bien dans la continuité je trouve.

Comment se déroulent les compos dans Endless Agony, qui compose ?

Steph : En ce qui concerne la musique, je compose la plupart du temps les bases des morceaux seul chez moi. J’enregistre ensuite des maquettes de ce que j’ai composé et que je soumets ensuite aux autres membres du groupe, afin qu’ils me donnent leurs avis, si le morceau plait à tout le monde il est retenu et chacun y apporte sa touche personnelle (lignes de basse, arrangements guitare, modif de structure…). Pour ce qui est des paroles c’était jusqu'à présent le domaine de Fred (notre ancien chanteur). Sur Source of hatred, Mak a également beaucoup participé aux textes. Pour l’avenir rien n’est encore bien défini avec Damien : qui vivra verra !!!

Vos titres ont par ailleurs une structure bien mieux taillée pour le live qu’auparavant, l’intention est naturelle ou provoquée ?

Steph : Un peu les deux en fait !!! Je n’ai pas vraiment raisonné en termes de live mais plus en termes de logique et d’efficacité. Par le passé , il y avait de fréquents changements de tempo et des enchainements de riff quelques fois un peu osés dans les compos d’Endless, on avait également tendance à gaver les morceaux d’un maximum de riffs. C’était ce qu’on recherchait  à l’époque mais maintenant j’ai tendance à rechercher le coté «catchy» avant tout, cela passe par des compos plus simples dans leur structure et plus épurées en terme de riff en ne gardant que le meilleur. Cela passe forcement mieux en live.

Mak : Pour ma part, c’est ce côté «catchy» que j’apprécie le plus, et mes parties tendent à renforcer cet aspect. On se rend compte que telle ou telle compo est taillée pour le live et on garde ça en tête pour les arrangements. Mais on ne compose pas dans l’idée de faire tel ou tel genre de morceau.

Le visuel s’est encore amélioré, qui a eu l’idée de cet artwork ?

Mak : Pour l’artwork, on était tous d’accord sur les teintes, le rendu que l’on voulait. C’est moi qui ai trouvé les éléments et c’est Niko d’Headbang Designs qui l’a réalisé. On est vraiment très content de son travail, et on devrait faire de nouveau appel à lui pour nos prochains clips vidéos. 

L’excellent travail fait par Fred n’est pas disponible au niveau des paroles dans le livret pourquoi ?

Mak : Il y a 2 raisons majeures. Tout d’abord, Fred n’y tenait pas plus que ça, et puis surtout, cela impliquait d’avoir un livret de 16 pages au lieu de 4, et le budget n’est pas le même. Source of Hatred est un album auto-produit et autofinancé, il y a forcément eu des choix que notre portefeuille nous a imposé malheureusement. 

Avez-vous commencé à recomposer de nouvelles offrandes ?

Steph : Oui quelques trucs mais rien de très élaboré pour le moment.

Mak : la priorité n’était pas de composer, entre le Metal Camp, les quelques concerts qui ont suivi, l’arrivée de Damien etc… On va s’y mettre sérieusement bientôt J

Les volcans d'Auvergne saignent souvent grâce aux nombreux groupes qui évoluent près d’eux ! Pouvez vous nous citer quelques groupes que vous affectionnez ? Comment se vit la scène en ces monts embrumés ?

Steph : Il y a il est vrai pas mal de groupes sur Clermont qui valent le détour. Je citerais Gergovia (black metal), Morphoss (death/trash metal), Detorn (Power trash metal), Altaïr (black metal), Second skin (stoner), Cursing eye (Indus death), Turbo tiger (glam metal) et bien d’autres encore. En fait il y en a pour tous les goûts !!!

Mak : Steph a tout dit ! J’ajouterais quand même les Ratzsinger’s Sins, même si c’est du garage/rock, ça vaut le détour ! Et Hersher pour du bon Doom metal !  Pour ce qui est de la scène ici, on n’est pas à plaindre, les gens se bougent et ça fait toujours plaisir ! 

Te concernant Mak tu as d’autre projets en poche, notamment « Second Skin » : où peut on écouter et voir le groupe ? Et toi Steph as-tu d’autres projets belliqueux ? 

Mak : C’est exact, on a monté Second Skin vers la fin avril de cette année (Niko, le bassiste d’Endless, en fait partie également).  Le principe est simple, faire du bon metal stoner comme on aime et corser le tout avec la superbe voix de notre chanteuse. On a actuellement 5 compos de bouclées, la 6ieme est en route, et on a notre premier live ce 1er octobre à la salle Camille Claudel à Clermont ferrand ! C’est une bonne occasion pour nous voir et nous écouter car le myspace est toujours en cours de fabrication ! Mais vous pouvez déjà nous rejoindre sur Facebook J

Steph : Je joue également dans Altaïr mais mon implication dans le groupe se résume à être guitariste de session live. Zagan (qui est le seul membre du groupe en studio) est un ancien bassiste d’Endless Agony et comme un frère pour moi. De plus je suis surement le plus gros fan d’Altaïr qui soit !!! Je ne saurais que trop conseiller à tout amateur de Black metal bien old school de jeter une oreille sur son album Legend’ere !!! 

Pour finir le traditionnel mot de la fin vous appartient.

Mak : Bah merci beaucoup d’avoir pris le temps de nous accorder cette interview, en espérant que nos réponses t’ont satisfait ! On prépare pas mal de bonnes choses avec Endless Agony, alors stay tuned ^^ 

 

 


France

Message #2402 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Haricot magic




Ecrit le 06.11.2010

Commentaires :
  • Endless Agony Mak, le 09.11.2010

    W00t!! Cool!!! Merci encore pour le travail fait Romain! \m/

    A trés bientôt!

    Cheers :)



  • Bbr Blastard, le 10.11.2010

    Bonne petite interview, très professionnelle!

    A bientôt pour du très lourd!

    Bbr Blastard.





Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter