retour à la liste des chroniques

Ophis - Withered Shades

Ophis - Withered Shades


Style : Doom / Death Monolithique

Liste des morceaux :

1. The Halls of Sorrow    

2. Suffering is a Virtue    

3. Earth Expired    

4. Necrotic Reflection    

5. Halo of Worms  

Chronique :

Il est fort à parier que les Allemands d'Ophis vont d'ici peu faire parler d'eux de manière plus expansive au sein de la scène Doom/Death, tant leur musique transpire la désolation, la souffrance psychique et la mort. Autant de sujets pour le moins banal pour le style pratiqué me diriez-vous, et vous n'auriez pas tort. Cependant, ce Withered Shades, deuxième album des Germaniques, qui s'inscrit dans la plus pure tradition Doom/Death amorcée par exemple par des groupes tels que Winter ou Runemagick, et relayés par les non moins talentueux Mourning Beloveth ou leurs compatriotes d'Ahab, nous fait voyager au travers de  décors sombres et marécageux dans lesquels l'esprit s'embourbe et s'enfonce indéniablement, happé dans un monde froid, gelé, ravagé par notre condition humaine pourrie jusqu'à la moelle d'ingratitude crasse, et de mépris total.

L'écoute de cette galette ce fait donc dans un état proche de la catharsis, constatant le chaos suprême et monolithique qui se dessine devant nous dès les premières mesure de The Halls of Sorrow. Une entrée en matière qui pose les bases d'un puissant Doom/Death massif, écrasant, tel un rouleau compresseur, toute forme de vie sur son passage.

Nous voilà donc embarqués dans un voyage initiatique dont on sait déjà que l'on ne sortira pas indemne. Suffering is a Virtue, piste au titre évocateur, calme un temps soit peu le jeu avec sa petite intro en arpèges cristallins, comme pour mieux nous préparer au déluge de riffs lourds et mélancoliques qui s'en suit, avec une petite partie mid tempo en milieu de morceau donnant un relief apprécié à la chanson.


A l'inverse, Earth Expired démarre sur les chapeaux de roues à la manière d'un death old school, pour s'écraser sur un riff  funeral doom, véritable mur de marbre glacé aux arêtes tranchantes, qui évolue de manière foutrement efficace en incluant arpèges fantomatiques,  guitares lead sinistres mais flamboyantes, voix death d'outre tombe doublée de cris black puissants, et finissant comme ça avait commencé, sur un tempo élevé, un rythme rageur sortant tout droit de la bouche des enfers.


Necrotic Reflection, commence de façon plus traditionnelle en nous faisant voguer sur un océan d'âmes damnées s'insinuant fiévreusement dans notre esprit torturé, balloté par le roulis des vagues, quand survient la tempête, annoncée par un superbe arpège (décidément Ophis apprécie cette formule, pour notre plus grand plaisir d'ailleurs), s'en suit une rythmique saccadée mettant en valeur le jeu vraiment efficace du batteur, qui ose le blast beat, pour retomber sur cette fameuse traversée funèbre.


Un cri porcin cisaille nos oreilles à l'entame du cinquième et dernier titre Halo of Worms. Nous y sommes, voilà la quintessence de la noirceur qui s'épanouit et se matérialise devant nous tel un boa constricteur rampant de sa masse sombre et visqueuse, s'enroulant sournoisement autour de notre être. Lentement la suffocation se fait de plus en plus oppressante et nous sombrons inextricablement dans un enfer de folie et d'abomination. La fin est proche, cependant le ton se radoucit en une nappe lumineuse (la seule de l'album) et apaisante, laissant entrevoir un infime espoir de rédemption.

Sommes nous morts, sommes nous vivants ? On ne sait plus... 

Liens:

Site Officiel

Myspace


Allemagne

Message #2468 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Skald




Ecrit le 13.01.2011


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter