retour à la liste des chroniques

Der Weg Einer Freiheit-Der Weg Einer Freiheit

Der Weg Einer Freiheit-Der Weg Einer Freiheit


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Style : Black metal mélodique

 

Liste des morceaux :

1.    Ewigkeit
2.    Spätsommer
3.    Frei
4.    Aurora
5.    Zum Abschied
6.    Welk
7.    Neubeginn

 

Chronique :

Autrefois duo, maintenant trio, les Allemands de DER WEG EINER FREIHEIT, «  La voix vers la liberté », ressortent par l’intermédiaire de Viva hate Records leur première et unique démo, au titre éponyme. Cette fois un véritable batteur remplace et égale la fameuse boite à rythmes au son dégueulasse qui leur fut tant reproché sur certains webzines. Ne connaissant pas la version démo je m’abstiendrai de valider leurs dires. Ce qui est certain c’est que le son est correct, mise à part (encore) la batterie que je trouve trop en avant et cet horrible son de caisse claire. Passons cela reste tout de même écoutable, enfin bien plus que plein de productions dans le même style.

Nos petits Teutons s’accommodent et cassent les barrières visuelles. Leur look n’aurait certainement pas laissé présager une telle musique : capuche et lunettes de rigueur, bien coiffés, bien peignés, ils cultivent ce que j’appelle le Black metal d’intello. A ma grande surprise, le style vestimentaire approprié ici me rappelle des groupes comme –Lantlôs- sauf que ces autres Allemands ont le mérite de faire une musique en rapport avec leur image,  ici il n’en est rien. Peu importe vous allez me dire, mais pour moi le visuel que l’on apporte à sa musique est très important, et cela choque mes p’tits yeux de traditionnaliste que je suis. Qu’importe pour faire une resucée de –Endstille-, on se fiche pas mal de l’habit, surtout qu’il ne fait généralement pas le moine.

Alors oui mes chers lecteurs, nos deux petits jeunots ont dû tendre l’oreille vers les pays scandinaves sur le côté brutal, violent, rapide, blastant, et dans leur pays aussi pour le côté mélodique du truc à huit têtes. On sent vraiment les influences, elles sont palpables, même parfois presque reconnaissables, mais jamais une qualité de plagiaire ne peut leur être mise dans les dents à grands coups de cravache. Nos deux lascars (bah quoi, ils sont fringués comme !!!)  hument, consument, et abusent du côté mélodramatique de leurs penchants intellectuels. Les guitares s’en donnent à cœur joie redoublant parfois de mauvais goût évident, mais aussi parfois de moments plus convaincants jusqu'à créer l’émotion qui leur fait défaut sur pratiquement tout l’album. Seuls quelques passages plus doux et plus atmosphériques sont d’un niveau à botter les groupes du haut du panier. Malheureusement pour eux, légions sont ces groupes qui sucent et abusent de la friandise que d’autres ont créées. La voix tire son épingle du jeu. Parfois sur certains airs -Bethlehem- se fait sentir période –Landefermann-. Mais sinon elle reste tout de même ultra violente, je dirais qu’elle ressemble encore une fois à la haine imposée par les groupes scandinaves.

Une certaine lassitude me caresse trop souvent les oreilles pour que ce disque ne prenne pas la poussière. Il y a du bon dans ce skeud mais s’il faut se taper quinze minutes pour l’apercevoir, je dis non merci. Les groupes de Black Metal regorgent sur cette scène, autant n’écouter que le meilleur.

 

Liens :

Myspace  

Label

 


Allemagne

Message #2477 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Haricot magic




Ecrit le 16.01.2011


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter