retour à la liste des chroniques

One-Way Mirror - One-Way Mirror

One-Way Mirror - One-Way Mirror


 

 

 

 

 

 

 

Style : Thrash/Death/Indus

Liste des morceaux :

01 : Destination Device
02 : As You Are Now
03 : ReDream
04 : Danger Calling
05 : Empty Spaces
06 : Deprived Of Connection
07 : Heeping Me Away
08 : Sockracer
09 : 21st Century
10 : Relax
11 : Liberation
12 : Sphere (bonus)

Chronique :

Voilà trois ans que Guillaume Bideau (Mnemic) avait le projet de former un groupe 100% french métal; deux ans qu'on était à l'écoute de la moindre info et puis ça s'est concrétisé. One-Way Mirror est né, composé du meilleur cru que notre scène a pu produire en temps qu'artistes ces dernières années. Je nomme les frères Potvin (Lyzanxia, Phaze I), Dirk Verbeuren (Soilwork), Loic Colin (Scarve, Watcha). Mené par Bideau et David Potvin, le groupe part avec de solides bases et une expérience à faire rougir plus d'un. Et ce ne fut pas une surprise quand leur premier album sortit dans les bacs il y a quelque mois; il fut très bien accueilli par le public malgré le peu de communication, mais quel album!... On avait pu recueillir quelques échos sur leur site - pour échauffer nos délicates oreilles - mais maintenant on peut savourer pleinement ce son si frenchy qui va faire vibrer nos tympans.

Alors attention à vous, ça va faire un choc...

L'album commence avec "Destination Device", un son de guitare très thrash, une voix qui vient accompagner le tout; c'est très fracturé mais ça fait son effet et encore plus quand celle-ci s'éclaircit lors du refrain. Et là on retrouve Bideau avec son style particulier aux influences suédoises... Ah que du bon!
Suit "As You Are Now" avec un début très indus je trouve, mais qui donne bien. Puis le chant arrive, accompagné par la basse, avant que tout ceci n'éclate : les guitares des frères Potvin reviennent avec leur son très reconnaissable; à certains moments on retrouve Bideau accompagné par les deux frères au chant, ce qui donne un peu plus de profondeur au morceau.

Les guitares n'en finissent pas de cracher du gros son avec "ReDream" et "Danger Calling", telles un rouleau compresseur qui voudrait nous saisir au passage, et bien sûr le tout accompagné d'une batterie qui martèle à tout va, en envoyant des coups de double pédale. Décidément, plus on avance et plus on s'aperçoit qu'ils n'ont rien à envier aux groupes dits internationaux. L'album se laisse facilement écouter. Quelques solos de guitare plus tard et de gueulantes aussi, bien sûr, vient "Empty Spaces" où tout semble se calmer; le chant est plus rock, accompagné de quelques notes de guitare et de basse. Le tout repartant en furie le temps du refrain.
Débarque "Deprived Of Connection" avec un choeur en fond qui donne le ton, un petit air angélique on dirait, mais pas pour très longtemps. Une voix vient interrompre tout ça et nous replonge dans cette machine composée de musiciens fous furieux. Le chant de Bideau est toujours aussi fort et présent avec des poussettes des deux Potvin.

Ah "Heeping Me Away", voilà un de mes morceaux préférés. Un refrain et des riffs excellents et bien trouvés, qui donnent envie de crier et de headbanger. Le chant donne une impression de résonance par moments comme sur plusieurs autres titres, ce qui amplifie le son; les guitares restent constantes sur le morceau et commencent à s'agiter vers la fin, suivies de près par leurs compères.

On arrive ensuite aux deux morceaux "Sockracer" et "21st Century" . L'un avec un petit côté indus au début suivi des guitares. Vient une voix encore saccadée, accompagnée d'une basse donnant le rythme. Et encore une fois un refrain très présent et clair. Une petite accélération se fait avec le second, le groupe ne veut vraiment laisser aucun répit à nos oreilles et c'est tant mieux. Gueulante et voix claire se croisent, avec une batterie toujours aussi présente niveau double. On a l'impression qu'ils veulent régler leurs comptes et tout réduire en miettes. Une petite pause se fait entendre vers le milieu du morceau avec un chant qui murmure d'impatience, accompagné par une basse prête à partir elle aussi. Et ça devient le cas pour revenir dans la course vers la fin du titre.

Petit moment d'égarement ou de pure rigolade, le groupe nous reprend ici une musique culte des année 80's, ni plus ni moins le morceau "Relax" de Frankie Goes to Hollywood. Et franchement la version metal est vraiment énorme; et oui il suffit juste de rajouter de bonnes guitares et le tour est joué. En tout cas un bon moment de délire sur ce morceau culte. Puis ils terminent avec les titres "Liberation" et en bonus "Sphere"; et jusqu'à la fin il n'y a aucun compromis, ça gratte, ça tape et ça gueule. Les 5 compères on voulu montrer de quoi ils étaient capables, même si on n'avait aucun doute à ce sujet... Digne de se frotter aux groupes d'outre Atlantique. Et de se battre dans la même arène! Et oui nous avons trouvé là de nouveaux favoris à qui s'accrocher. Alors amis Metalleux et Metalleuses, prêtez-y une oreille attentive parce qu'on va entendre parler d'eux.

Liens :

Fiche Groupe

Site

Myspace

 

Metalloufu.


France

Message #301 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Metalloufu




Ecrit le 31.07.2008


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter