retour à la liste des chroniques

Orakle - Tourments et Perdition

Orakle - Tourments et Perdition


 

 

Style: Black métal expérimental

Liste des morceaux

1. Tourments

2. Les Mots de la Perte

3. Celui qui Erre

4. Dépossédés (Le Miroir Sans Tain)

5. Vengeance Esthétique

6. La Splendeur de nos Pas

7. L'Imminence du Terrible

Chronique:

Voilà donc ce dernier album d'Orakle, groupe français venant de l'Ile-de-France. Je le qualifie de black métal expérimental (avant-gardiste pour ceux qui préfèrent cette expression), pour la simple et bonne raison qu'on a une base black métal mais beaucoup de choses qui s'en éloignent; le tout étant inclassable. Sachez d'ores et déjà qu'on a de bonnes touches symphoniques, un chant en français, des paroles recherchées, une musique très carrée : voilà pourquoi vous pourrez voir écrit Black Metal Sophistiqué certaines fois. J'ai eu de très bons retours sur ce groupe, il serait une merveille. Il m'aura fallu beaucoup de temps pour chroniquer cet album, je n'arrivais pas à finir le 2ème titre et j'éteignais donc mon poste en 5 minutes d'album; il m'aura fallu persévérer pour avoir une écoute entière du CD, qui donne lieu à cette chronique. Je ne suis pas déçu d'avoir essayé encore et encore.

Commençons cette chronique! Je n'ai jamais écouté Orakle ailleurs que sur myspace et j'entends en premier lieu des synthés. Down tempo, un semblant de batterie en arrière plan commence à faire son apparition. L'instru se met bien en place vers 1 minute "d'intro". Le tout toujours en down tempo, l'intro s'emballe plus vers 2 minutes 50, on a une impression d'être déjà dans quelque chose de grand - plutôt difficile à décrire du fait que ce ne soit pas épique, cette caractéristique faisant partie pour moi du black métal symphonique et est indescriptible. C'était Tourments.

Car oui le titre est fini et voici Les Mots de la Perte. Il m'a fallu l'arrivée du chant pour comprendre que cette intro (un peu longue à mon goût) était finie depuis 30 secondes (après réécoute du CD) - très bel enchaînement entre les deux titres. La voix est bonne sans être transcendante, plutôt commune : ce genre de voix n'est vraiment pas ma tasse de thé, de plus le chant clair rate son entrée. Loin d'être prenant sans être indigeste, il reste loin de me toucher. Alors après ces défauts attaquons nous aux points forts, très forts : les compos sont excellentes, très prenantes, une bonne rythmique, et surtout c'est très carré, très pro. 4 minutes du titre : le titre passe en down tempo, répétitif - j'ai une impression de froid, à en relire les paroles, l'"acrobate à l'agonie" doit y être pour quelque chose. Le titre se finit d'une façon calme et reposante, après une minute sans chant.

Celui qui Erre, les paroles sont très compréhensibles et encore une fois bien écrites, une alternance entre deux voix gutturales est bien trouvée et ça reste efficace. Le chant clair, par contre, me gêne encore une fois. Les nappes de synthé et de batterie sont bien utilisées, on a encore d'excellents rythmes. Au 3ème couplet, le chant plus clair ne dérange pas, étant donné qu'il lui reste un aspect guttural, down tempo, presque lancinant, les rythmes se font répétitifs, et cette voix claire revient. Certains doivent apprécier, moi toujours pas, superflue, trop "esthétique" je dirais. Un riff qui sort on ne sait d'où nous arrive dans la gueule à 5 minutes de titre, ça donne un certain charme mais je critiquerai encore cet aspect superflu, j'ai l'impression que le groupe se veut trop esthétique comme je l'ai dit. La musique est bonne mais l'ambiance en pâtit, et nous savons tous que l'ambiance est un des aspects les plus importants dans ce genre de musique.

Mais que voilà le 4ème titre, plus lent, peut-être plus sombre et oppressant, très belle instru qui accompagne le chant qui est presque devenu narratif; la voix claire là ne m'a pas gêné, bien au contraire : c'est un très bon début; sa "réelle apparition" à 1 minutes 15 environ, m'enchante moins malheureusement. Ce schéma avec le chant guttural (narratif je dirais), réapparaît, accompagné du chant clair, plus grave qu'à son habitude: le schéma est simple et efficace, cette piste est une vraie réussite. Le chant reprendra ses habitudes, sans perdre d'efficacité, très bon titre. Les riffs à 6 minutes sont bien ancrés dans le titre, contrairement à celui du morceau précédent: c'était Dépossédés (Le Miroir Sans Tain).

Vengeance Esthétique commence avec une alternance entre les deux voix, la batterie se veut linéaire pour commencer, l'ambiance s'en veut renforcée car les riffs le sont aussi. Plus entêtant, le titre promet beaucoup, et je reste scotché par ses débuts. Les deux voix sont vraiment efficaces, le chant me donne l'impression d'être plus hargneux et j'ai des impressions vagues que je ne pourrais décrire, cette musique est efficace, elle est très bonne. La batterie est vraiment bonne, l'instru est prenante et nous transporte. Au bout de 6 minutes plus de chant à proprement parler, que de l'instrumental, des effets très prenants, magnifiques.

Et voici le 6ème:  La Splendeur de nos Pas. Déjà le chant fait son entrée fracassante. Après avoir été bercé par la fin de la Vengeance Esthétique, voilà qu'on nous en sort brutalement. Les riffs sont accrocheurs et rapides, la voix est puissante et la batterie supporte le tout. La 1ère minute du titre passe rapidement, laissant un répit musical, plus lent, avant que le chant ne revienne, mais le tempo descend, et le titre se veut presque épique par moments  - à 1 minute 37, j'ai eu cette drôle d'impression : très plaisant. Même le chant clair me plaît !!!! 2 minutes 20 : répétitif et efficace, arrivée du chant dans un schéma simple, j'aime beaucoup. 3 minutes 20 : l'ambiance change encore, de très bons riffs. Cette fin d'album est grandiose, loin de mon impression de début d'album, j'aime vraiment beaucoup, magnifique : serait-ce le meilleur titre de l'album ? La fin du titre se veut plus rapide, à 6 minutes tout du moins, c'est le cas, plus frénétique. 7 minutes 20 : le titre se calme, pour finir en beauté, sur un cri.

Fin de l'album avec L'Imminence du Terrible, entrée musicale; le chant démarre par une sorte de râle, 50 secondes, un belle envolée, les deux voix se veulent plus grandioses, j'aime beaucoup la voix gutturale sur certains passages, la voix claire là encore me plaît, ça en deviendrait habituel? 2 minutes 13, tout se calme, là par contre la voix me fait mentir, je suis loin d'apprécier certains choeurs, surtout à 2 minutes 50, ça ne me plaît pas vraiment. Le titre passe vite grâce à une excellente instru, la batterie martèle bien, une mitraillette. La fin est calme et reposante, de belles ambiances, une rythmique qui fait mouche, on finit là encore en beauté.

Conclusion:

Le début d'album ne laissait pas présager d'une merveille telle qu'on me l'avait décrite! Le 1er titre est vraiment lassant, l'intro trop longue et la voix claire superflue. L'instru, qui reste tout de même excellente, ne rattrape absolument pas ce manque d'ambiance, le 3ème titre lui aussi m'a semblé lassant. Il m'a fallu attendre l'arrivée du 4ème titre pour vraiment apprécier cet album; Dépossédés et Vengeance Esthétique sont pour moi les deux meilleurs titres de cette galette. Si vous aimez le symphonique, vous adorerez sûrement tout l'album! Moi qui ai énormément de mal avec le symphonique, j'ai réussi à apprécier cet album, je comprends donc aisément l'enthousiasme de certains. Ne vous fiez pas au myspace, le groupe risque de vous sembler plat et vide, comme le début d'album. Ne vous attendez pas à du black métal symphonique, vous serez déçu, c'est clairement expérimental et hors d'étiquette en ce qui me concerne.

Liens:

Site officiel

Myspace

Label


France

Message #396 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Silencer




Ecrit le 04.11.2008
Note des lecteurs : 9/10 (1 notes)

Commentaires :
  • Matthieu, le 03.11.2009, 9/10

    Un cd hors norme pour ma part dans la continuitée du premier "Uni aux cimes", les morçeaux sont tous travaillés aussi bien les uns que les autres ce qui donne un opus extrémement riche, des compos assez longues  sans jamais être pompeuses, certains le dénigreront à cause de ses influences assez perceptibles mais il n'en ai rien je verrai plutôt ça comme un clin d'oeil à trop peu de groupes, d'albums qui ont dans ce monde changé la vision musical de beaucoup. Je pense notamment à un sublime "Anthems To The Welkin At Dusk".

    Même après plusieurs écoute on ne s'en lasse pas, innovant serait le mot approprié, on découvre toujours un quelque chose de plus dont on à pas vraiment fais attention à l'écoute précédente tant les compos sont profondes, "ensorcellante". Tout ça fait qu'Orakle,  malgrès une scène extrème fr très dévellopée, vient graver ces mélodies au fond de nos mémoires, sans oublier cette poèsie qui en ressort...

     

    A écouter absolument

    9.5/10 Moqueur





Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter