retour à la liste des Live reports

10.11.2008 - Heidenfest: Finntroll - Primordial - Eluveitie...

Heidenfest: Finntroll - Primordial - Eluveitie...


A l’heure où la scène Folk prend une ampleur phénoménale, et où les concerts de Pagan Metal se multiplient, où barbares, gueux, preux chevaliers, trolls et autres viennent s’ajouter à la liste de fans qui ne cesse de s’accroître, comment résister à l’appel d’une soirée qui nous propose six groupes d’exception, dont le passage est, pour la plupart, bien rare en France?! Aucune excuse n’est admissible!
Ca fait depuis pas mal de mois déjà que l’annonce est tombée: entre chaques fameux Cernunnos annuels, la demande est telle qu’il faut bien combler ces longs mois d’attente. Après le Pagan tour USA avec Korpki, Ensiferum, etc… en mars, le 9 novembre dernier s’est tenu le Heidenfest, proposant une affiche aussi alléchante qu’originale, et ce n’est pas sans talent que six groupes se sont succédés, dont la tête d’affiche n’était autre que les finlandais si appréciés par tous metalleux confondus, Finntroll!Et pour vous prouver l'êxtrême sympathie des groupes, voici deux beaux clichés sur lesquels Janne (Violon, Manegarm), Anna (vielle à roue, Eluveitie) et Meri (violon, Eluveitie) ont fait le plaisir, contre toute impatience, de faire un "boeuf" en pleine rue pour les metalleux déjà sur le terrain...Pourquoi je travallais moi!

                                                                   


La loco nous a ouvert ses portes, une fois de plus, sur un concert géniallissime, surpeuplé, avec un public toujours plus demandeur, à tel point que chacunes des places à pourvoir a dû trouver acheteur, au vu de la sempiternelle chaleur -suffocante- de la salle. Chose nouvelle: l’affichage de décibels!

Après une très dure journée de labeur interminable et usant, me voilà à 17h45, à arpenter une file de metalleux qui devait bien faire plusieurs centaines de mètres! Quel soulagement à la vue de Zeitoun qui attendait seulement à quinze mètres de l’entrée!Aussitôt rentée, aussitôt placée, stratégiquement installée sur une marche pour amoindrir mon mètre cinquante six, (toujours frustrée, dans chacuns des concerts, par LE mètre quatre vingt dix neuf du type qui se place bien sûr devant moi…). En attendant les derniers préparatifs du premier groupe, j’admire les superbes bâches décoratives de part et d’autres de la scène, aux couleurs et logos du Heindefest.

Les lumières s’éteignent, les suédois de Månegarm entrent en scène. Il ne leur a pas fallu beaucoup de temps ni d’efforts pour avoir un public enjoué, ils n’ont eu qu’à être eux-mêmes! L’écoute de leur dernier album «Varstenen» laissait présager un set excellent, et ce fut le cas. Dynamisme, présence et maîtrise, sur des airs qu’on ne peut que fredonner, le groupe s’est donné à fond, hélas sur un laps de temps bien trop court, improportionnel à leur indéniable talent! (Une demie-heure tout au plus). Si ça ne tenait qu’à moi, je n’aurais pas fais jouer ce groupe en premier, vu leur expérience, leur mérite et leur succès, il méritaient une place plus honorable dans ce fest. Note spéciale au violoniste « fou » qui m’a l’air infatigable! Une toute petite déception: j’aurais aimé, à titre personnel bien sur, entendre « Ur Sjlälslig Död », que j’ai espéré entendre d’ailleurs après l'intro « Uppvaknande », suite logique, pour ceux qui connaissent l’album. Bref, le temps est passé si vite!

                                                                                                    

En seconde position, Catamenia, groupe finlandais qui officie dans un Dark Metal mélodique, avec voix black et claire, assez sympa. Sur scène, ça manque hélas de pêche, mais mon avis est que le chanteur Kari Vähäkuopus, plutôt discret au début, à aidé à remonter la cotte. C’est tout de même facile de se laisser entraîner par la mélodie d’un chant parfaitement maîtrisé, accompagné de celle de riffs simples. Comme la fatigue ne m’avait pas encore prise à la gorge, le tout est passé comme une lettre à la poste, je pense en une demie heure aussi.

                                                                                           

Viennent ensuite les allemands d’Equilibrium, qui eux nous offrent un Viking metal festif et épique. C’est original certes, mais ça plait moins que Månegarm qui est plus beaucoup plus ancien et donc plus productif. Finalement, ils se sont pas mal défendus, et le public a suivi. J'espérais « Unbesiegt », titre plutôt spécial mais attrayant qui nous plonge dans un milieu sauvage. Mon espoir fut comblé, et à entendre le tonnerre d'applaudissement, celui du public aussi! Connaissant peu le groupe, j’ai été surprise de ne trouver personne derrière la batterie, et pas de keybordiste! Dommage, malgré la présence du chanteur, ça n’aurait vraiment pas manqué!

                                                                                                                                         

 

Contre mon attente trépignante, on arrive dans le lourd avec Eluveitie, célèbre groupe suisse de Celtic Metal qu’on ne présente plus. C’était la quatrième fois que je les voyait, mais cette fois-ci, les fans attendaient une nouveauté: deux nouveaux membres! Depuis le départ des frères Kirder, le groupe, après moult entretiens, a embauché un bassiste: Kay Brem, et un musicien traditionnel (flûte, cornemuse et autres…) au nom de Päde Kistler. Verdict? Et bien, si l’on compare, ils n’ont pas le charisme indubitable des Kirder, et la présence inévitable de Sevan m’a vraiment manqué. Ils ont de l’expérience dans le domaine, pourtant quelques erreurs se sont entendues, et je n’ai pas toujours eu l’impression que tous les musiciens étaient synchros. En revanche, quelques petits détails ont été ajoutés, ainsi qu'un titre acoustique, que je n’avais jamais entendu auparavant. Vu le nombre de dates que le groupes fait en France, il fallait bien innover un peu, et je pense que le nouveau line up a été le point de départ. Bref, plus fan que jamais, ce fut un moment de pur bonheur aux rythmes des headbangs, et Meri Tadic (violon) toujours au top.  Ils ont joué, entre autres, Primordial Breath, Inis Mona, et au final, mon espoir fut récompensé puisqu ils m’ont fait l’honneur de tervaskento! Ils méritaient bien cette place sur la grande loco, contrairement au dernier Pagan fest USA où on les a vu sur la petite loco, malgré les huit musiciens :s

                                                                                                                           

 

C’est au tour de Primordial. Ces irlandais, qu’on ne présente plus non plus, officient maintenant depuis plus de vingt ans, et font partie des pionniers de la scène Pagan. Naihmass arrive maculé de sang, avec sa hargne et son charisme. Malgré le fait de les avoir vus au Hellfest de cette même année, il n’y avait pas de place pour l’ennui. Après de longues années de pratiques, le groupe atteint un sommet de grandeur indiscutable. Le dernier album est un bijou inestimable, et on ne peut s’empêcher de frissonner à la franchise des gestes de Naihmass qui n'épargne personne le public, où que l’on soit (il a pour habitude de pointer les gens du doigt!). Il fait tout, avec une expression qui ne peut que nous transporter. On peut ne pas aimer ce côté que certains qualifient de « comédie », mais une telle présence se vaut d’être saluée très, très bas. Ce groupe est une véritable tuerie. Ils ont commencé par « Empire Falls », « Gallows Hymns », plus tard « As Rome Burns », etc…

                                                                                                                   

 

Enfin, la tête d’affiche du Heidenfest, les finlandais de Finntroll. Hélas la fatigue m’a prise à tel point que lever le bras m’était devenu insurmontable. Malgré le dynamisme et les classiques du genre « Trollhammaren », j’ai compté les titres en attendant la fin avec impatience. Finntroll est un groupe extra, j’aurais plus apprécié sans cet épuisement, mais toute de même, ce n’est pas le groupe que j’attendais le plus. C’était ma première pour eux, et j’ai été surprise par la nonchalance du keyboardiste, qui pourtant ne fait pas dans la mélancolie. Plus généralement, leurs présences, leurs costumes et maquillages (qui nous plantent un décor excellent dans l’univers de la forêt et ses créatures) sont très bons et le groupe vaut le déplacement.


                                                                                                         

 

En conclusion, l’affiche, (je ne l’aurais pas mise dans cet ordre là) valait le déplacement et des sacrifices ( couchée à une heure du mat et levée à 5h30, ahem), et j’espère voir encore plus de concerts comme ceux-là sur Paris. La scène Folk détient des trésors disséminés partout dans l’Europe (très peu en France malheureusement), et de telles affiches vont pouvoir se multiplier. A venir, le Cernnunos Pagan Fest édition III!!!!

Magnifiques photos de Karydwen photography, avec mes plus sincères remerciements!



Message #400 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Abrahel





Ecrit le 10.11.2008


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter