retour à la liste des Live reports

11.11.2008 - Svinkels - Olympia 11/11/08

Svinkels - Olympia 11/11/08


Que dire des Svinkels ? Les Beastie Boys français ? Plutôt une sorte d’OVNI du rap made in France, mélangeant instruments rock et beats électroniques, flow à base de bière (Céréales Killer !) qui « réveille le punk » qui est en toi…

N’étant pas à la base un grand fan de rap,  je n’ai découvert ce groupe qu’il y a quelques mois. Pas vraiment accroché sur les quelques extraits que j’ai pu entendre, c’est réellement avec leur dernier album intitulé Dirty Centre que j’ai commencé à apprécier.

 

Ce qui nous amène dans le vif du sujet, ce fameux concert à l’Olympia. Entrée dans la salle vers 19h30, la fosse, où je suppose que d’habitude ce sont surtout des sièges qui trônent, est assurément assez grande pour accueillir au moins 200-300 personnes…un balcon nous surplombe également, la salle est vraiment cool. Au fur et à mesure que le temps passe, elle se remplit jusqu’à ce que les lumières s’éteignent. Daabaz ouvre donc ce concert en compagnie d’un DJ aux manettes. Le public accueille plutôt bien cet ancien membre du groupe rap Triptik, qui à trente ans se produit en solo désormais. Les lumières sont sobres, minimalistes au maximum, le flow rap plutôt bon, le jeu avec le public également. Bref sa mission de « chauffer » le public avant la prestation du Svink’ est plus que remplie, après une demi-heure d'un set plutôt sympa.

 

Après vingt minutes d’attente, les lumières s’éteignent de nouveau et les premières notes d’une musique d’intro se font entendre…c’est le générique de Papa Schultz, fameuse série des années 60-70 retraçant les péripéties de prisonniers d’un camp nazi pendant la deuxième guerre mondiale…en version comique ! Le rideau, refermé après la prestation de Dabaaz, s’ouvre à nouveau pour nous laisser découvrir le Dirty Centre Orchestra, groupe qui accompagne les Svinkels en live. Le Club de l’Apocalypse, premier titre du dernier album en date, se fait entendre et le public a déjà des fourmis dans les jambes…les lumières se font alors plus persistantes…Gerard Baste, Nicus Pocus et Xanax arrivent enfin sur scène, nous donnant une impression de guerre atomique dans la fosse, ça jumpe, ça se bouscule, ça sue déjà ! Les titres défilent à une vitesse hallucinante et plus on avance dans le set, plus la fosse semble compacte ! La Youte, le Svink c’est chic, Faites du bruit, Dirty Centre, Droit dans le mur…autant de titres qui mettent le feu à la salle et qui font bouger dans tous les sens !

Côté scénique, tout est fait pour en mettre plein la vue, et on comprend tout de suite pourquoi les lumières sur Dabaaz étaient aussi sobres…Là c’est une explosion de lumières, notamment à base de bleu blanc rouge…fièrs d’être français les Svinkels ? Surtout pas, trop contents d’avoir créé leur propre « pays », le Dirty Centre, où l’émission phare tous les soirs à 19h est Turbo, comme l’explique Gerard Baste avant de balancer la sauce sur le titre éponyme du dernier album…J’ai dû partir pendant le titre très connu « Réveille le Punk », mais les Svinkels m’ont prouvé une chose après cette soirée: on peut réellement concilier rap français sur fond de musique rock !

 

Ce soir, Les pom pom girls sur scène, l’orchestre vraiment très bon, nos 3 « alcolytes » du Svink’ au meilleur de leurs formes et un son très lourd ont fait de ce concert un des meilleurs que j’ai pu voir ces derniers temps en terme d’originalité, et n’étant je le rappelle pas fan de rap à la base, je dois avouer que j’ai commandé le dernier LP des Svinkels dès que je suis rentré !



Message #415 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Tomus




Ecrit le 11.11.2008


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter