retour à la liste des chroniques

Apathia - Through Depression and Ruins

Apathia - Through Depression and Ruins


 

Style: Black métal

Liste des morceaux:

1. Lost Memories
2. Daylight
3. Lifeless
4. Sepulcrum (Outro)

Chronique:

Lost Memories démarre: on traverse un endroit où le vent glacial nous lacère le visage, au milieu d'un sombre et inconnu chemin. Au début tout est calme, on est plongé dans la lenteur et la mélancolie classique d'un black dépressif. Le chemin est long et ennuyeux mais d’horribles cris de souffrance se font entendre: on est fasciné et on a envie d'aller plus loin.

Au bout de cinq minutes d'une infinie répétition, un silence troublé de quelques notes de guitare nous annonce la proximité de ces plaintes. On traverse des sentiers abandonnés et envahis par les ronces et sans quitter notre rythme du début, une immense tristesse s'abat sur nous, aidée par les cris torturés qui se rapprochent. Le rythme s'accélère un peu et, en avançant encore, on se retrouve au milieu de quelques ruines...

Daylight arrive toujours sur la même vague de mélancolie mais très vite le rythme s'accélère. La variété du tempo oscille entre le désespoir et la fin. On a le droit à des riffs un brin mélodieux, un peu de double que l'on entend peu -hélas- un passage mystique à la guitare, une deuxième guitare l’accompagne, la voix revient puis la batterie. Le tout s’arrête, sauf notre passage mystique qui reste seul. Mais, la batterie arrive avec puissance, comme pour accompagner les cris d'atrocité de l’homme en détresse... Ici, c’est la haine et la volonté de se venger qui s’expriment. On notera une petite variante sur la voix, qui s'éteindra seule à la fin du morceau.

Sur Lifeless, la simplicité des riffs de départ ne se fait pas moins mélancolique. On arrive plus tard à un rythme plus dynamique et une mélodie réussie - passage de la démo que j'affectionne particulièrement - tout en restant sur la structure classique couplet/refrain. La double suit et ne lâchera pas. Quelques secondes de calme annoncent la mort qui arrive à grand pas, la voix s'aggrave et le tout s'accélère.

C'est la fin. Sepulcrum est un morceau de piano d'une éternelle tristesse, accompagné d'une voix lointaine qui nous hurle son désespoir, comme épuisée par le poids de la souffrance. Quelques secondes plus tard, une balle est tirée…

Dans l'ensemble, on a une rythmique plutôt variée mais le tout reste un peu trop répétitif à mon goût, comme beaucoup de groupes de suicidal BM. L'esprit dépressif est tout de même là, (sans non plus me donner envie de me tirer une balle), surtout grâce, et j’insiste, à l'excellence de la voix de Nefastvm. On laisse facilement bercer notre imagination grâce à la froideur de l'atmosphère. Je suivrai ce groupe avec plaisir, avec l’empressement de connaître la suite.

Liens:

Myspace

Label

Fiche groupe


Italie

Message #472 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Abrahel





Ecrit le 30.01.2009


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter