retour à la liste des chroniques

Eternal Flight - Under The Sign Of Will

Eternal Flight - Under The Sign Of Will


 

Style :  Power metal/prog


Liste des morceaux :

  • Edge of fire
  • Dark Society
  • Under the sign of Will
  • Forgotten Side
  • Deaf Dumb Blind
  • Next Ones on the list
  • Friends (avec Emanuelson d'Ellipsis)
  • The Curse
  • Miracle Man
  • Ghost (with a different soul)
  • Friends (remix)

Chronique : 

Under the Sign of Will est le deuxième album  d'Eternal Flight, album sorti en 2007. Eternal Flight distille un power metal agrémenté d'influences progs et nous fait découvrir son univers sur pas moins de 60 mn. Le groupe se dit influencé par des membres de Judas Priest, Queen, Pink floyd, Queensrÿche, Dio, Dream Theater, et ne ment pas là dessus, car on retrouve clairement toutes ces influences sur Under the Sign of Will. Avec des compositions d'une durée moyenne de 6 mn, Eternal Flight ne se laisse pas non plus aller systématiquement dans les délires progs avec des titres à rallonge.

Si l'album ne commence pas forcément très bien avec un"Edge of fire" techniquement OK mais pas transcendant, ça s'améliore dès le 2ème morceau, "Dark Society", où les passages relativement calmes cotoient avec aisance les parties plus musclées. On retrouve d'ailleurs dans ce titre un (quasi) hommage à J. Priest avec un chant qui ressemble parfois comme 2 gouttes d'eau à celui du père Halford. Le final au clavier est très bien trouvé et permet de se reposer les oreilles avant la salve suivante.

"Under the Sign of Will" marque l'arrivée de la basse, un peu étouffée sur les titres précédents. Le riff d'entrée, qui au niveau sonorités rappelle le bon vieux Powerslave, pourrait tenir à lui tout seul le titre mais en plus de cela le refrain est énorme et taillé pour faire sortir les tripes de la foule en concert. Le jeu de batterie est très costaud-une constante-, avec un son pas forcément au top, notamment lorsque la double pédale fait parler d'elle, mais c'est surtout affaire de goût. A noter un solo assez aérien, qui s'il est bien éloigné de ce que propose Glimour, possède des côtés planants similaires.

"Forgotten Side" est le premier titre à avoir une intro plus tranquille, et fait retomber l'ambiance, car moins accrocheur. On trouve ça et là quelques éléments intéressants, comme un duo guitares/clavier qui retient l'attention, mais pas de quoi donner beaucoup d'intérêt au titre.

Ca bastonne sévère rapidement après le début  de "Deaf Dumb Blind" mais la voix met malheureusement peu en valeur ce titre et les passages instrumentaux sont plus appréciables.

"Next Ones On The List" est le titre le plus rapidement expédié de l'album (moins de 4 mn). L'alternance voix seule/choeurs donne beaucoup de relief à ce tire, et le solo de guitare fait merveille, alors qu'il est soutenu par une rythmique assez discrète. Ca finit comme ça commence, pied au plancher. Un morceau qui réveille et qui débouche les oreilles.

"Friends" débute par un long passage avec une électro-acoustique et le chant, et c'est bien sur ces moments de calme que l'on est le plus à même de juger de la qualité du chant, il n'y a rien pour la cacher ou la porter à bouts de bras. Ce passage assez délicat est très bien géré, la voix de Gérard Fois sait aussi être agréable quand elle est posée. Emanuelson, d'Ellipsis, vient accompagner Gérard sur ce morceau, la différence évidente entre les 2 timbres de voix donne beaucoup de corps à ce titre. Excellent.

Sur "The Curse", La recherche d'harmonies est toujours aussi poussée, et ce titre se laisse bien écouter, sans atteindre les sommets de "Under the Sign of Will" et "Friends".

"Miracle Man"  commence sur les chapeaux de roue et contient quelques expérimentations au niveau de la voix, expérimentations timides mais réussies, une piste peut-être à creuser pour le prochain opus? Une fois de plus, les choeurs pendant le refrain renforcent l'impression de puissance dégagée par le groupe. "Ghost (with a different soul)" constitue le morceau à rallonge de l'album (plus de 8 mn), et contient un riff de base très heavy. La longueur du titre permet au groupe d'y inclure pas mal d'ambiances en particulier un passage éthéré en plein milieu, passage précédant une lente montée en puissance, et un solo guitare/claviers jouissif.

La version de l'album propose un remix de "Friends", remix qui ne bénéficie pas de sa belle intro et du fameux duo, et perd par conséquent une partie de son charme.

Avec Under the Sign Of Will, Eternal Flight montre l'étendue de ses capacités techniques et son habileté à composer. L'album n'est pas sans défauts (2-3 titres pas indispensables) mais ne gachons pas notre plaisir, la puissance et la recherche mélodique sont clairement au rendez-vous, et la qualité de Under The Sign Of Will  vient montrer qu'on a ici bien plus affaire à un fer de lance du métal qu'à un suiveur. Bien joué.

Liens :

Site officiel

Myspace

Label

Fiche groupe

 

 

 


France

Message #597 sur Inwë[B]zine
Auteur :
zeitoun




Ecrit le 16.03.2009


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter