retour à la liste des chroniques

Black Bomb A - From Chaos

Black Bomb A - From Chaos


Style : Hardcore/Punk

Liste des morceaux :

   1. To Reactivate
   2. Uncivilization
   3. Emergency
   4. All The Way
   5. Get The Fuck Out
   6. Burning Road
   7. Fucking Hate
   8. Taste The Flow
   9. Kiss Of Death
  10. Digging My Grave
  11. Pieces Of I
  12. Tales From The Old School

Chronique :

Enfin le dernier né de Black Bomb A est dévoilé! Des mois qu'on l'attendait, la patience a payé. Ce petit bijou du nom de "From Chaos" a vu le retour au chant grave de Djag qui, depuis 2002, avait quitté le groupe pour d'autres projets. Le revoilà aux côtés de Poun avec son chant aigu et pour ce nouvel opus, ils sont allés chercher d'autres influences, mêlant un Metalcore bien de chez eux avec un côté punk. Pour cette nouvelle galette, on a aussi droit à une belle pochette représentant des nuages oranges et en son centre la mort chevauchant son destrier.

Donc voici le premier titre de l'album : "To Reactivate"; c'est assez déroutant dans les premières secondes, surprenant par la suite et plutôt agréable pour finir. Les voix nous accueillent comme un mur qu'on se prendrait. Les instruments sont très rapides et on ressent dès la première minute ce petit côté punk avec la voix si claire de Poun. Et la voie de Djag est un vrai délice, on les retrouve tous les deux comme s'ils ne s'étaient jamais quittés.
On restera dans le même registre avec "Uncivilization".

"Emergency", mon titre préféré de l'album, commence fort avec la batterie qui est suivie par Djag dans un chant puissant et rapide, puis Poun vient prendre son tour. À la première minute, la rythmique change, suivie d'un refrain chanté en voix claire, un refrain qui donne son charme à ce titre - moins poussé dans le criard et plus dans le chant. Ce morceau s'enchaîne directement avec "All The Way" - aucune coupure entre les deux. Une guitare accompagne Poun sur un chant qui est assez pop, mais tout est brisé avec Djag qui vient montrer sa voix; on a droit à quelques soubresauts de double pédale parfois et la guitare reste assez rock par moments. Le manque d'une deuxième guitare se fait sentir mais ne porte pas défaut à l'ensemble. Cela semble juste moins punch par moments.
Avec "Get The Fuck Out", on a droit à un titre plus agressif que les autres, c'est aussi un de ceux que j'adore - avec une batterie qui ne décroche plus la double et surtout des chants qui alternent chant clair et gueulante : un pur délice.
Suit "Burning Road" : ce titre est très rapide et on ressent beaucoup le côté punk dans ce morceau, surtout au niveau des voix. Normal puisque sur ce titre est venue s'incruster la voie de Wattie du célèbre groupe punk The Exploited. Un titre court de 3 min.

La batterie et la guitare accueillent dans un martellement de sons sur "Fucking Hate"; on retrouve le style de BBA  très Hardcore, mais ça se calme vers le milieu du titre avec un chant plus passe partout. Pour "Taste The Flow", le côté Punk côtoie a nouveau le chant, ainsi que la guitare. La batterie de son côté reste assez classique sans trop en rajouter. On notera un solo au final joué par une deuxième guitare. L'un des rares de l'album.
Viennent "Kiss Of Death" et "Digging My Grave" qui commencent avec de la grosse double pédale et un chant profond qui l'accompagne. Des morceaux qui bougent bien avec une bonne rythmique, la batterie est très présente sur les morceaux accompagnés de chant coreux, mais qui vers le final laisse à nouveau la place à un chant moins agressif.
On termine avec "Pieces Of I" et "Tales From The Old School" qui restent dans la continuité de l'album, un mélange de hardcore et de punk, la voix claire et grave se mélangeant parfaitement avec des instrument qui ne débordent pas.

Ce qui fait la particularité du groupe, c'est de miser sur le chant plus que sur les instruments. Cet album est moins axé sur le Hardcore que ses prédécesseurs, mais comme je l'ai indiqué, il frôle plus leur côté punk. Peut être le manque d'une deuxième guitare rend certains moments plus rock, mais se n'est pas désagréable et ça se laisse écouter. Et puis on revient vite sur les racines du groupe, ce qui ne nous laisse pas le temps de s'ennuyer! La preuve : il n'arrête pas de tourner en boucle chez moi. En somme un très bon album à découvrir.

Liens :

Fiche Groupe

Site

Myspace

Label


France

Message #658 sur Inwë[B]zine
Auteur :
Metalloufu




Ecrit le 23.03.2009

Commentaires :
  • JLzeMAN, le 10.06.2009

    Mémoire et mémoire quand tu nous tiens… (Par JLzeMAN le 17/06/2009)

     

    Je me permet d’ajouter à cette excellente chronique dont je salue Metalloufu au passage, mon premier devoir de mémoire car sur Black Bomb A et ce fameux « retour » de Djag au coté de Poun il y a beaucoup à dire.

     

    Loin de moi de porter atteinte à Arno pour qui je reconnais un immense talent et surtout une perspicacité et une efficacité redoutable dès sa première arrivée au sein du groupe.

     

    Parlons peut, parlons bien…

    Je suis un des témoins privilégiés de la formation de B.B.A en 1994 alors que ces trois lettres n’étaient qu’un projet et pas encore formé à sa base. C’était des zicos qui traînaient et squattaient un simple banc à l’entrée de la gare de Viroflay dans les Yvelines (78) et au départ des gens comme vous et moi, passionné(e)s de musique et au centre un groupe qui déjà faisait parler de lui, Horresco Referens (tout premier « line UP »).

    Lors de longues soirées d’hivers sur ce petit banc, il y avait toujours les mêmes potes qui s’y réunissaient et parmi eux, du beau linge et ils y en a qui tournent encore aujourd’hui d'ailleurs et ils y avaient toujours des personnes intéressées pour se lancer dans des projets nouveaux et souvent très risqués.

    Toujours est-il que dès les premières répétitions avec Poun et Djag au chant, j’ai immédiatement flairé une innovation, une puissance et un concept qui déjà tenait debout.

    En 1995, alors que le groupe n’avait que 20 minutes de répertoire à offrir, ils ont été convié par force à participer à un premier festival de Hard Rock à Villepreux (78). Celui ci accueillait des groupes n’aillant jamais joué dans les Yvelines malgré de fortes renommées et reconnaissances au delà de notre hexagone.

    Faut dire qu’à cette époque, il y avait très peu de scènes accueillant des concerts de métal et la plupart étaient jalousement gardées par des gens ne jouant qu’avec d’autres que par intérêt perso… C’était très dur d’être écarté de ces scènes juste pour un délit de « copinage ».

    Ben croyez moi que leur set n’a pas du tout été ridicule et a tout à fait cadré avec les deux groupes qui passaient par la suite !

    Il y avait DUNCE puis en tête d’affiche, Horresco Referens.

     

    Si mes souvenirs sont bons…

    Si mes souvenirs sont bons, Djag annoncera son départ cette même année pour raison de déménagement et de projets musicaux « perso ». Autant vous avouer que parmi les potes de la gare de Viroflay, ce fut la surprise et un regret très prononcé.

    Aujourd’hui et à l’occasion du retour de Djag je tiens à préciser que les membres qui ont partagé les divers postes dans Black Bomb A depuis sa création, sont bien plus que de « simples zicos » mais de véritable artistes et saluons les.

    Quand à Djag, son retour après X années d’absence, je lui souhaite de nous re-dynamiter Black Bomb A et de nous transmettre son plaisir des débuts entre voix grave, un sacré « move » scénique et un charisme extraordinaire.

     

    Mon mot de la fin est celui ci...

    Black Bomb A n’est pas un groupe comme les autres, il fait parti de ces groupes comme Loudblast, No Return et bien d’autres qui viennent du fond des temps… Ceux là même que l’on nomme... « Les intemporels ».





Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter