retour à la liste des chroniques

Pensées Nocturnes - Vacuum

Pensées Nocturnes - Vacuum


 

 

Style : Classique/Black métal dépressif 

Liste des morceaux : 

1. Lune malade

2. Flore

3. Dés-espoir

4. Coup de Bleus

5. Epitaphe

6. Repas de Corbeaux 

Chronique :

« Vacuum » est un album qui aurait pu exister à une autre époque. A la frontière de deux mondes, il crée une atmosphère d’un autre temps. Le lampadaire moderne pourrait bien se transformer momentanément en une bougie, la rue abandonnée en une pièce morne où se réfugie une âme esseulée, tout comme la musique de Pensées Nocturnes passe des sonorités contemporaines à des passages plus classiques. En quelque sorte, ce projet solo de Vaerohn est  une passerelle entre les siècles… Après tout, la douleur existe aussi bien au XVIIème siècle qu’au XXIème… D’une époque à l’autre, les cris agonisants sont les mêmes.

Déchirant, pénétrant et insoutenable, Vaerohn creuse le fond de ses entrailles pour nous livrer ses souffrances. Soutenu tantôt par des arrangements harmonieux et paisibles, tantôt par des guitares aux riffs taillés dans le vif, les compositions viennent chercher ce que l’esprit a de plus douloureux à ses heures perdues, sous la « Lune Malade ». A la fois saisissante et émouvante, la mélancolie est implacable. Le sourire provoqué par ces compositions n’est pas le résultat d’un bonheur abstrait mais la réalité concrète de l’insupportable.

Amertume… « Dés-espoir ». Piano et guitares font rage. L’heure est tardive, les pensées se mélangent et le cœur se fait lourd. Ça valdingue, ça sursaute, s’agite pour mieux se calmer après. L’explosion émotionnelle est sans retour, directe et sans protection. Pensées Nocturnes se livre et ouvre sa musique comme un journal intime tranché à la plume. L’encre a des relents si amers… Le coup de pompe est irréversible. Quelques gammes de blues et voilà notre artiste englouti dans quelques minutes obscures. Tiraillé entre l’alanguissement perpétuel des heures creuses et le vide du silence intérieur, l’homme chavire. La flamme de la bougie vacille… Le lampadaire grésille… La lumière va s’éteindre. 

La nuit a bâti son empire : L’intemporalité dans le noir fil des secondes est naissante. 

Au-delà du vivant, le style demeure sur l’« Epitaphe ».  Vaerohn est non seulement le musicien des soirs perdus mais également le poète des égarés. Les mots sont tristes mais tellement beaux habillés de violons et de cuivres. La musique emporte la vie avec elle dans un dernier tourbillon de plaintes et de violence, irréversible. Ce qu’il reste fera le « Repas des corbeaux »… 

Ainsi s’achève ce « Vacuum », ce voyage dans le vide, dans l’indolence de  l’inoccupé. Ainsi se ferme ce livre, ces Pensées Nocturnes inachevées…

Liens:  

Myspace 

Label 

Fiche groupe

 


France

Message #786 sur Inwë[B]zine
Auteur :
lotus




Ecrit le 04.05.2009


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter