retour la liste des chroniques

And You Will Know Us by the Trail of Dead - The Century of Self

And You Will Know Us by the Trail of Dead - The Century of Self




Style :  Punk/Métal


Liste des morceaux :

1. Giants Causeway
2. Far Pavilions
3. Isis Unveiled
4. Halcyon Days
5. Bells Of Creation
6. Fields Of Coal
7. Inland Sea
8. Luna Park
9. Pictures Of An Only Child
10. Insatiable (One)
11. Ascending
12. An August Theme
13. Insatiable (Two)

Ce 8ème opus de ...And You Will Know Us by the Trail of Dead - je dis bien 8ème - est positionné dans mon lecteur CD, le volume est à fond comme d’habitude et je vous préviens tout de suite, je vous ferai la chronique d’un groupe expérimentateur et innovateur, donc bienvenue dans mon laboratoire d’analyse d’autopsie et d’investigation musicale scientifique.
J’écris cela car les premières plaintes sont tombées au sujet de mes chroniques. En effet, un de mes détracteurs s’est plaint que je disséquais trop les titres et que j’usais à outrance de trop d’explications à leurs sujets. Je lui réponds que la rédaction le savait déjà avant même de m’accepter dans le staff et c’est d’ailleurs pour ces même raisons dérangeantes - pour mon détracteur - que celle-ci m’a ouvert de suite ses portes, donné une machine à café toujours fournie pour moi tout seul, avec petits biscuits anglais pas trop durs pour mes dents vieillissantes.
Il y a un confrère qui partage cet endroit, c’est Axldobby, un charmant garçon super gentil, qui a des goûts différents de moi et pourtant, on s’entend très bien.
A la rédaction on ne porte pas de pyjamas rayés avec des insignes distinctifs par style ou genre de métal préféré, comme à une certaine époque bien plus triste sur notre continent européen.
Tiens! J’entends ma rédactrice en chef qui s’arrête sur le pas de notre bureau avec ses 1,56m, elle nous hurle un «bonjour» suivi d’une crise de rire…
Tout le monde est heureux aujourd’hui… Comme tous les jours d’ailleurs.
Bref, excusez moi de vous avoir infligé cet aparté, mais il fallait que j’avertisse à ma façon de la suite de cette chronique, j’avertis d’avance que je vais aller encore plus loin que d’habitude tellement cet album est SUPERBE, je vous promets de ne pas être trop évasif ni trop compliqué.

Chronique :

La Pochette :

C’est une pochette très élaborée et intrigante sur un style de gravure ancienne qui - je vous l’avoue - nous renseigne sur un contenu qui va nous réserver des surprises.


Ça commence…

Un ampli se branche, un son très gras en sort, un piano démarre seul, c’est l’introduction de Giants Causeway qui s’amorce. C’est un prélude aux 12 prochains titres, qui, comme cette introduction, seront remplis d’un brut de créativité, d’exploration de rythmes et de sons - et d'union d’immenses talents individuels de la part des membres du groupe.

Bien rythmée façon rock, Far Pavilions nous fait vibrer de suite, c’est sauvage, c’est même typé anglo-saxon, c’est très agréable et entraînant. Une mélodie suit, c’est un univers qui s’ouvre, on se croirait dans un stade et le thème du début revient à la charge. C’est SUPERBE coté construction.

La fin de cette chanson laisse traîner une ambiance, c’est Isis Unveiled qui s’enchaîne. Celle-ci est encore bien rythmée, le chant est très à l’Anglaise encore une fois, ce qui ne gâche rien, bien au contraire. Une partie breakée et très groove va suivre, le groupe nous immerge dans le fond de cette chanson, ça se calme, s’arrête… Mais ça repart de plus belle. BRAVO! Joli coup.

Halcyon Days est gentiment rythmée, les mélodies sont très rock et une montée va suivre afin de ne pas s’endormir non plus, dans cette montée et dans ce qui suit on perçoit clairement encore un brut d’instruments, de mélodies, ça explore encore et encore.
Un délice pour mes oreilles de compositeur et explorateur d’univers musicaux. Néanmoins cette chanson de plus de 6 minutes nous réserve une deuxième partie, une ballade. C’est un voyage...car à peine s'est on habitué à une partie, qu’une autre accélérée s’y greffe, puis on repart vers les mélodies du début et la fin… c’est beau.

Bells Of Creation est pour moi le «hit» de cet album, un piano commence seul sur un accord et il ne changera plus. Autour de cette ligne, chaque membre va y mettre de son âme et c’est MAGNIFIQUE! Cette chanson est simple mais il fallait l’orchestrer comme il le fallait - et c’est parfaitement réussi car elle ne tombe pas dans la linéarité, elle laisse encore déborder de la surprise coté créativité, je dis… ENORME!!!

Fields Of Coal sonne comme une gigue, un rythme dansant, joyeux avec une mélodie très prononcée, ne cherchons plus trop à savoir le fond des choses, pour ma part je suis séduit.

Inland Sea est une chanson qui allie accords expérimentaux, douce ballade et construction encore une fois bien carrée. C’est un slow dans lequel je tiendrais dans mes bras une jolie «Ninon» qui ne dépasserait pas les 1,56m - voire un peu plus - pour ne pas rendre jalouse la deuxième MAIS encore une fois, il va y avoir du rythme qui s’enchaîne, c’est juste un passage heureusement - comme un tremplin - au refrain qui revient... Encore une fois, BRAVO!

Luna Park est une très douce mélodie avec un piano qui commence et les instruments se fondent dans le fond, le chant est intime, sensuel même, il y a toujours de la mélodie magnifique, ça tient la route, une merveille, c’est vivant, c’est ARTISTIQUE.

Pictures Of An Only Child est une chanson sensuelle mais qui va révéler un refrain rythmé et accrocheur, une montée en puissance. Au fil des couplets on a l’impression d’être de plus en plus envahi - conquis - par le style et le genre de …And You Will Know Us by the Trail of Dead et je ne m’en plains pas.

Insatiable (One) commence sur un air de piano qui pourrait nous faire imaginer celui d’un piano bar dans le style de mélodie et tonalité, on se laisse encore une fois séduire par une ambiance «pub» des vieux quartiers de White Chapel dans les années Victoriennes.

Ascending va tout à coup vous réveiller car elle enchaîne sans prévenir. Le rythme est de retour avec, cette fois ci, 2 voix au chant. C’est breaké, c’est déstructuré et il y a un son de guitare graveleux qui traîne, qui se mélange, un chant à l’unisson arrive, ça dure… Enfin je m’arrête là tellement ce morceau est varié et ça tient encore et toujours la route.

An August Theme va durer 50 secondes... Je ne vais pas donc trop le développer car comme le titre l’indique, c’est un thème.

Insatiable (Two) nous redonne le thème de Insatiable (one), ça sent la surprise, le coup fourré, le coup de maître? Ben non, ça sonne comme un « Goodbye and next », comme un peintre qui signe sa peinture joliment terminée.


Pour le prix, cet album est une affaire pour celles et ceux qui aiment la découverte et le coté Rock anglo-saxon innovateur et explorateur. Pour les fans du groupe, j’espère que cet album vous conviendra autant qu'à moi.
On est à l’évidence devant un groupe qui a mis vraiment son âme dans cet album et les interprétations sont vraiment vivantes et sincères. J’ai cru comprendre qu’on attendait beaucoup de …And You Will Know Us by the Trail of Dead pour ce 8ème opus, personnellement je suis conquis. Un seul regret, un petit manque de stéréophonique par rapport au contenu - ce qui aurait été pour ma part un ÉNORME coup de cœur, car ça manque d’espace coté "PAN" mais rassurez vous, je chipote toujours quand j’écoute ce genre de groupes de très haute qualité musicale et artistique.

Je termine cette analyse… HEU…chronique - pardon - par quelques mots cités de ma part et qui résument ce 8ème opus de …And You Will Know Us by the Trail of Dead : The Century of Self est SUPERBE, ÉNORME, BRAVO, MAGNIFIQUE, CRÉATIF et ARTISTIQUE.


Liens :

Site officiel

Myspace

Fiche Groupe

Label

 


Etats-Unis

Message #933 sur Inw[B]zine
Auteur :
JLzeMAN




Ecrit le 04.07.2009


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'quipe
Copyright 2007-2011 - Tous droits rservs
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter