retour à la liste des chroniques

Arcana Coelestia - Le Mirage de l'Idéal

Arcana Coelestia - Le Mirage de l'Idéal


Style : Funeral doom/Atmosphérique

Liste des morceaux :

1. Duskfall
2. Requiem (For the Fathomless Void of Redemption)
3. Le Mirage de L’Idéal
4. Tragedy And Delirium part I – The Tragedy
5. Tragedy And Delirium part II – The Delirium
6. … Thus Fade In Nocturnal Deluge

Chronique:

Pour parler d’Arcana Coelestia, il faut d’abord tenter d’imaginer la beauté dans toute sa grandiloquence, dans sa faculté à vous décoller les pieds du sol et à vous élever vers des sphères nouvelles. Ce n’est pas tout. Il faut aussi essayer de ressentir les sentiments que provoque une force de cette envergure mêlée à des riffs lourds mais non étouffants et à des chants très évocateurs, provenant des abîmes les plus profonds. Autant le dire, l’ensemble est saisissant, irréversible…

Dès le premier morceau de cet opus, « Duskfall », le cœur est pris entre deux étaux et doit continuer à battre au rythme de cette musique magnifique. Les mélodies sont subtiles, noyées dans des plages de synthé omniprésentes et étourdissantes, mais réussir à les percevoir permet de laisser couler un peu de baume sur la mécanique métallique qui enserre votre organe vital. Ça en deviendrait presque agréable ! Néanmoins, la puissance d’Arcana  Coelestia est de nous maintenir toujours dans l’entre deux, entre l’envie de se fondre doucement dans cette atmosphère éthérée et l’envie de résister à cette crampe qui envahit notre estomac. Le titre « Le Mirage de l’Idéal » est une dualité intérieure où vocaux rageurs, entêtants, et guitares massives se battent avec des chants à la frontière du céleste et des synthés planants au possible. L’épaisseur de la chanson est considérable mais elle reste palpable dans son essence et sa construction. On dirait que Shape of Dispair rencontre Summoning et Esoteric.

Ça y est, je me sens enveloppée. Cette voix féminine qui vient de se poser sur « Tragedy And Delirium part I – The Tragedy » est d’une douceur insupportable. Je crois avoir compris le sens de cette musique : la beauté est une représentation de la douleur. Elle est cette illusion parfaite qui se dessine à notre oreille et nous fait courber sous sa prestance : C’est « Le Mirage de l’Idéal ». Cet opus est l’aveuglement de nos sens pour mieux les découvrir. Avec « Tragedy And Delirium part II – The Delirium », nous retombons dans la folie. La musique se met en retrait pour laisser place à la voix froide de LS : notre sang se glace. La beauté  a réussi sa mascarade et nous voilà, là, perdus dans sa danse éphémère, prête à tout moment à s’achever.

« Le Mirage de l’Idéal » n’est pas un simple album de funeral doom italien. C’est un voyage entre la fin de l’apaisement et le début de la douleur, un tour de magie qui transforme une peinture de femme avec un cygne en une nature morte sans chaleur. Arcana Coelestia, artiste de génie, entretient l’illusion jusqu’au bout. Les dernières mesures tombent sur un piano délaissé, le disque s’arrête, voilà, nous sommes là, au seuil de l’illusion.

Liens:

Myspace

Label

Fiche groupe


Italie

Message #947 sur Inwë[B]zine
Auteur :
lotus




Ecrit le 09.07.2009


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter