retour à la liste des chroniques

Emergency Bloodshed - Tales of Ordinary Violence

Emergency Bloodshed - Tales of Ordinary Violence


 

 

 

Style : Hardcore

Liste des morceaux :

1.Prologue
2.Hubris
3.Mosh'N'Roll Fever
4.We Are the Pioneers of Nothingness
5.Kiss My Axe
6.Cold Suffering 2.0
7.All We Need to Hold Back the Tears
8.Sweet Manipulation
9.Dark Side of the Mood
10.Useless Struggle
11.Now It's Over
12.Design for Automation
13.Silent Scream

Chronique :

C’est en toute urgence qu’un confrère me contacte, me demande de chroniquer Emergency Bloodshed, un groupe de métal hardcore demeurant à Lille.
Ce même confrère me confie que ce groupe est à suivre et que leur premier album « Tales of Ordinary Violence » est à autopsier de toute urgence.

La pochette se présente sous une forme de graphisme assez brouillon, sanguin et je constate que pour un premier album, Emergency Bloodshed nous propose 13 titres dont un prologue. Pour un premier album, je trouve cela osé, à la limite du prétentieux, de plus l’album coûte 10 euros sans frais de port inclus si j’ai bien compris, ce qui peut impressionner les « faibles » du porte monnaie.
Soit on essaie de m’impressionner je vais sortir le Smith&Wesson car faut pas me prendre pour une « burne » (langage HxC) ou dans le cas contraire je suis en face d’un groupe « burné » (langage HxC) et ça va en intéresser pas mal dont les Emergency Bloodshed eux-mêmes, qui attendent impatiemment l’avis du chroniqueur que je suis.

J’enclenche le CD, j’ai le S&W dans le froc, c’est parti pour le duel… 

Prologue: Assistance respiratoire pendant 32 secondes, c’est troublant, flippant mais les guitares se réveillent, Bonne intro.

Hubris va pas faire de cadeaux d’entrée, c’est speed ça bourrine, c’est breaké à souhait ça se tient, le son est impeccable comme tout bon CD de HxC et c’est 1 minute 32 qui va bien nous mettre dans la signature de Emergency Bloodshed.

Mosh'N'Roll Fever va suivre on est dans le moove entre speed et blast, une mélodie s’enchaîne ça tient bon, c’est du coup de boule et comme le titre l’indique y a de la rythmique qui va mosher avec une seconde partie dans cette chanson, une partie très lourde mais c’est du costaud rassurez vous.
C’est 3 minutes et 06 secondes intenses et très bien construites.

We Are the Pioneers of Nothingness va durer 2 minutes et 49 secondes au compteur mais y a du fun sur les guitares, c’est un coup l’un et un coup l’autre sur des breaks, j’adore.
Un morceau qui est construit de plein de riffs, on ne peut que se laisser surprendre, le tout servi par un plateau de voix impeccables. Ca gueule mais c’est hyper bien enregistré.

Kiss My Axe Ce titre est écoutable sur le myspace de Emergency Bloodshed et je crois que ces « couillus » ont bien choisi le morceau de démonstration d’un album qui commence plutôt bien et même très bien. Ce titre fait 2 minutes et 49 secondes au compteur.

Cold Suffering 2.0 C’est 1 minute et 59 secondes d’un méchant début qui vous rentre dans le crane tel un électrochoc et cela dès le début. Ca enchaîne sur une autre partie à coups de marteau piqueur…
Je commence à me demander : « qui sont ces mecs qui font un HxC aussi carré, propre et violent ? ».

All We Need to Hold Back the Tears nous fait un début tout à fait classique sauf qu’encore une fois, y a du riff qui se tient bien droit, le chant est remarquable, c’est 3 minutes de bonnes surprises surtout que lorsque l’on entend la fin… c’est pas la fin et on se reprend le riff du début dans la tête.
Le son est toujours aussi propre est-ce surprenant ? NON ! car dans le HxC c’est devenu courant que les groupes soient aussi soignés et perfectionnistes de ce côté.

Sweet Manipulation commence par l’audio d’un zapping TV, en quelques sons on a une présentation parfaite du titre nommé. La musique commence avec un très bon rythme, et comme Emergency Bloodshed a des choses à dire, je profite des 2 minutes et 52 secondes de cette chanson pour tout simplement me laisser guider par une composition encore une fois construite de beaucoup de riffs et parties arpèges… ben voyons… Fallait oser me direz vous ? NON c’est HxC !

Dark Side of the Mood C’est 3 minutes et 12 secondes enragées qui commencent, la double grosse caisse ne fatigue toujours pas, et voilà un break complètement bizarre mais y en a d’autres. On en prend pour son grade et c’est tant mieux, au passage un p’tit solo de batterie dans les parties intimes avec le paquet qui enchaîne… C’est du potable !

Useless Struggle Now a un début qui ferait penser à un mix "rave" mais il nous laisse découvrir en fin de compte une guitare puis une deuxième qui vont nous servir encore une fois de la bonne construction breakée à souhait. C’est 2 minutes et 41 secondes de variations, de thèmes différents qui déferlent. Vraiment je me demande qui a orchestré ce titre ainsi que les autres ?

It's Over est la suite de Useless Struggle Now c’est du pur méchant, de la hargne en plus avec des breaks impeccables et cette « bon sang » de double grosse caisse qui se lâche pour ensuite nous entraîner de plus en plus loin et quelle régularité ? ce titre fait 2 minutes 20, au passage.

Design for Automation affiche 2 minutes et 52 secondes d'une construction encore complexe mais bien tenue dans sa composition et orchestration... Ca n'a pas démordu depuis le début de cet album,
Emergency Bloodshed est vraiment un groupe, un concept qui tient debout.

Silent Scream affiche 13 minutes et 52 secondes ? Attendez là ! y a un truc ? On va se prendre quoi ?
Ben je vous annonce que l’on va se faire surprendre par des mix, des montages au début mais dès que le riff démarre plus rien ne va s’arrêter. C’est de la surprise à tous les coins et évidemment je comprends là un Album qui va se terminer sur une démonstration de diverses variations de rythmes et mélodies. Une drôle de machine va nous intriguer pendant très longtemps pour ensuite laisser place à une sorte d’improvisation, un jeu de construction comme une fusion entre une machine et Emergency Bloodshed mais si on est patient, jusqu’au bout de la machine, il va y avoir un superbe mélange.

Je passe à ma conclusion et je mets la main sur la crosse de S&W en écrivant ceci :

Premier point : La durée des titres
Il y a 12 titres (je ne compte pas l’intro) variants entre 1 minutes 31 secondes et 3 minutes 12 secondes puis le 13ème titre qui 13 minutes 52 dont celui ci est assez long avec la drôle de machine angoissante avant que ça parte dans un truc très trippant ?
Emergency Bloodshed prend un risque, celui que les gens aient l’idée d’avancer le CD car ils se lasseraient vite du délire.
Pour ma part, ça a été juste mais comme j’adore les inaugurations, je n’ai pas été déçu surtout au final, pour ma part c’est bien joué.

Je sors le S&W et le pose délicatement près de moi car…
Deuxième point : le prix
Un album de ce genre à 10 Euros sans frais de port m’interpelle car si la pochette est en effet jolie car violente et intrigante à souhait, il y va quand même que - vu la durée courte des titres et la machine de la dernière chanson- cela pourrait être un point de recul chez des consommateurs pas très fortunés.

Alors deux réflexions s’imposent.

La première réflexion est que le groupe a mis le prix fort -très fort même- coté « studio d’enregistrement et production » car la qualité est appréciable sur cette album, c’est du parfaitement propre disons-le, on ne peut même pas s’en plaindre.
Alors OUI je peux largement comprendre la démarche d’amortir l’investissement et ça le vaut.

La deuxième réflexion est que le groupe compte investir sur ses projets futurs comme les tournées car je suis admiratif de constater que Emergency Bloodshed a travaillé avec de bons groupes à l’étranger et a même fondu les stages bien loin vers les pays de l’est.
Et dans ce cas encore je dis OUI car ce n’est pas donné à tout le monde de le faire et surtout avoir la démarche de s’exporter.

Au final je range mon S&W dans sa boite et je vais finir pas quelques mots à celles et ceux qui seraient intéressé(e)s par « Tales of Ordinary Violence » d’Emergency Bloodshed :

C’est un album qui ne fait pas dans la linéarité.
On est en face d’un groupe vraiment « burné » et très constructif dans sa musique.
On est devant des hyper-actifs du riff et de la variation dans chaque titres.
C’est du combat perpétuel, c’est vivant et très propre sur le CD.
En clair c’est un investissement valable si on connaît déjà ce groupe pour les avoir appréciés en LIVE, voir même sur son myspace dans lequel il y met que 2 titres et c’est dommage, car là aussi Emergency Bloodshed prend un risque supplémentaire (à mon humble avis).

Le final des finals est que…
La scène hardcore est extrêmement dure dans l’hexagone, ailleurs aussi.
Ce sont des « set » athlétiques pour les meilleurs, entre acrobaties et engagement scéniques.
Ce sont des artistes qui se donnent à fond, à l’extrême, dans cette catégorie et j’espère que de ce coté, Emergency Bloodshed a de quoi nous le prouver et à nous en donner car j’attends qu’il passe par mon secteur pour m’en rendre compte.

Si vous les avez vus, vos commentaires sont les bienvenuesClin d'oeil.

Liens:

Myspace

 

 


France

Message #988 sur Inwë[B]zine
Auteur :
JLzeMAN




Ecrit le 22.07.2009


Ajouter un commentaire :

Pseudo
Message
Note :
Code à copier :




Le webzine Le forum Contact/Infos L'équipe
Copyright © 2007-2011 - Tous droits réservés
Agenda Concerts-Metal - Ticket2.live
se connecter